L'action du spécialiste liégeois de la santé féminine est enfermée dans une tendance baissière depuis quelque temps. L'énorme enthousiasme suscité à la mi-2018 par les bons résultats d'une étude de phase III avec la pilule contraceptive Estelle, les résultats encourageants d'une étude de phase IIb testant le Donesta contre les bouffées de chaleur, la confiance dans l'approbation de l'anneau contraceptif féminin Myring aux...

L'action du spécialiste liégeois de la santé féminine est enfermée dans une tendance baissière depuis quelque temps. L'énorme enthousiasme suscité à la mi-2018 par les bons résultats d'une étude de phase III avec la pilule contraceptive Estelle, les résultats encourageants d'une étude de phase IIb testant le Donesta contre les bouffées de chaleur, la confiance dans l'approbation de l'anneau contraceptif féminin Myring aux Etats-Unis pour la fin 2018 et un soupçon de spéculations sur une acquisition avaient porté l'action à 40 euros. Mais l'annonce, fin 2018, d'un retard dans la demande d'approbation du Myring aux Etats-Unis a déçu le marché. En outre, un anneau générique concurrent a dans l'intervalle été commercialisé, ce qui limite naturellement le potentiel commercial du Myring. Autre élément décevant: le contrat de licence conclu pour l'Estelle sur le marché américain avec Mayne Pharma. Ce groupe australien n'a pas la force de frappe financière et commerciale espérée. Par ailleurs, début 2019, Mithra a annoncé avoir un troisième candidat médicament à base de l'oestrogène naturel Estetrol: le PeriNesta, un traitement oral complet pour la périménopause. L'objectif était de lancer une étude clinique en 2019, mais elle ne commencera qu'à la fin de cette année. Mithra espère pouvoir commercialiser le Donesta et le PeriNesta en 2023. L'entreprise est en transition vers une société biotech commerciale: il incombe à ses partenaires Gedeon Richter et Mayne Pharma de démontrer le potentiel de l'Estelle (en Europe et aux Etats-Unis) et du Myring (aux Etats-Unis) à partir de 2021. Le Donesta recèle également un important potentiel, lequel ne se dévoilera pas avant au plus tôt le deuxième semestre de 2021. L'année passée et au début de 2020, nous avons vendu progressivement deux tiers de la position dans Mithra du portefeuille modèle à environ trois fois le prix d'achat. Nous conservons le tiers restant dans l'attente des premiers résultats commerciaux, en 2021. Le titre est à conserver (rating 2C) pour l'heure, donc. Mais si son cours se repliait sous les 15 euros, nous recommanderions d'acheter.