Dès l'entrée en Bourse de Mithra Pharmaceuticals en 2015, il était clair que 2018 serait l'année de vérité pour l'oestrogène naturel Estetrol (E4) du spécialiste liégeois de la santé féminine. Un premier signal fort avait été donné au printemps avec les résultats très positifs d'une étude hémostase de phase II portant sur le contraceptif oral Estelle, le premier candidat produit à base d'Estetrol. Estelle s'est montrée au moins aussi performante que Melleva, la pilule (de deuxième génération) la plus sûre actuellement, sur tous les paramètres de sécurité liés au risque de caillots sanguins, et affiche des résultats nettement supérieurs à ceux du leader sur le marché, Yaz - une pilule de quatrième génération qui procure avec ses variantes génériques un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros. En août ont suivi d'impressionnants ...

Dès l'entrée en Bourse de Mithra Pharmaceuticals en 2015, il était clair que 2018 serait l'année de vérité pour l'oestrogène naturel Estetrol (E4) du spécialiste liégeois de la santé féminine. Un premier signal fort avait été donné au printemps avec les résultats très positifs d'une étude hémostase de phase II portant sur le contraceptif oral Estelle, le premier candidat produit à base d'Estetrol. Estelle s'est montrée au moins aussi performante que Melleva, la pilule (de deuxième génération) la plus sûre actuellement, sur tous les paramètres de sécurité liés au risque de caillots sanguins, et affiche des résultats nettement supérieurs à ceux du leader sur le marché, Yaz - une pilule de quatrième génération qui procure avec ses variantes génériques un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros. En août ont suivi d'impressionnants résultats d'étude de phase III pour le volet européano-russe du programme. Ceux du volet nord-américain sont attendus au premier trimestre de 2019. Depuis 2017, Mithra avait déjà conclu des contrats de licence pour Estelle au Japon, en Corée du Sud, au Canada et au Brésil. Les excellents résultats obtenus en Europe et en Russie ont, la semaine dernière, ouvert la voie à la signature d'un accord de licence sur ces marchés.Pour le premier des deux marchés clés (outre les Etats-Unis), Mithra a choisi le groupe hongrois Gedeon Richter, numéro un de la médecine féminine en Russie et Europe de l'Est, et challenger en forte croissance en Europe occidentale. Mithra a conclu avec Richter un contrat de licence pour 20 ans qui prévoit une avance attrayante de 35 millions d'euros à la signature, puis 20 millions d'euros à la première approbation de commercialisation, prévue en 2022, et plusieurs dizaines de millions d'euros supplémentaires en cas de franchissement de seuils de vente déterminés. Mithra percevra également des royalties croissantes sur le chiffre d'affaires: quelque 8 à 9% sur une première tranche, puis un pourcentage avoisinant les 15% en cas de ventes supérieures. Nous attendions des pourcentages plus élevés, mais les avances et paiements réalisés aux différentes étapes sont en soi déjà significatifs. De plus, Mithra réalisera une marge attrayante d'au moins 30% sur la partie de la production d'Estelle qui s'effectuera sur son propre site (CDMO) - soit la totalité au début, avant que Richter n'en reprenne une partie à terme. Le marché européen et russe des contraceptifs oraux pèse 1,1 milliard d'euros, soit 21,6% du marché mondial (5,2 milliards). L'ambition n'a pas changé: Estelle, pilule de cinquième génération plus sûre, doit concurrencer Yaz, leader sur le marché. Si Estelle peut capter à terme la moitié de la part de marché de Yaz, Richter réalisera un chiffre d'affaires annuel de 260 millions d'euros. Le marché phare d'Estelle reste cependant l'Amérique du Nord (qui pèse le double de l'Europe et de la Russie combinées); Mithra négocie actuellement avec plusieurs parties un octroi de licence qui devrait être finalisé au plus tard au premier semestre de 2019. Si le premier grand accord de licence concernant Estelle n'a pas causé d'envolée majeure de l'action, il a en revanche consolidé le triplement du cours depuis le début de 2018. A terme, nous entrevoyons encore un important potentiel haussier grâce à Donesta, deuxième candidat médicament à base d'Estetrol, qui luttera contre les bouffées de chaleur durant la ménopause. L'étude homéostase sur Estelle et les très bons résultats de phase II obtenus avec Donesta ont déjà nettement réduit le risque clinique cette année. Mithra attribue à Donesta un potentiel commercial encore nettement plus élevé que celui d'Estelle et entend maximiser la valeur actionnariale en exécutant directement au moins une partie du programme de phase III encore à lancer. L'entreprise dispose d'au moins 150 millions d'euros de liquidités à cet effet. L'action reste digne d'achat (rating 1C). Conseil : acheterRisque : élevéRating : 1CCours : 32,65 eurosTicker : MITRA BBCode ISIN : BE0974283153Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 1,23 milliard EURC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : -Perf. cours sur 12 mois : +229 %Perf. cours depuis le 01/01 : +216 %Rendement du dividende : -