La crise du secteur automobile n'est pas terminée: tel est le principal message à retenir du communiqué de presse qui accompagne l'annonce des résultats annuels de Melexis. Dont le chiffre d'affaires de 2019 sera, avertit d'ores et déjà la direction, inférieur à celui de 2018. Cela faisait dix ans que le fabricant de semi-conducteurs n'avait publié d'aussi mauvaise nouvelle. Il n'est dès lors pas étonnant que la Bourse ait mal réagi, même si les dégâts sont en dé...

La crise du secteur automobile n'est pas terminée: tel est le principal message à retenir du communiqué de presse qui accompagne l'annonce des résultats annuels de Melexis. Dont le chiffre d'affaires de 2019 sera, avertit d'ores et déjà la direction, inférieur à celui de 2018. Cela faisait dix ans que le fabricant de semi-conducteurs n'avait publié d'aussi mauvaise nouvelle. Il n'est dès lors pas étonnant que la Bourse ait mal réagi, même si les dégâts sont en définitive limités. Pour de nombreux spécialistes, Melexis a été suffisamment sanctionné ces derniers mois - son cours a cédé 30% environ en glissement annuel. Il a perdu 12% de plus à l'annonce des résultats et, surtout, des pronostics, avant de repartir à la hausse. Il est très possible qu'il demeure volatil un temps. Le contexte est donc favorable à l'émission d'options. Les détenteurs d'actions peuvent émettre des calls en vue d'obtenir un surcroît de rendement.au prix d'ex. de 56 EUR,à 3,15 EURNous percevons d'emblée une jolie prime de 3,15 euros (5,5% du cours actuel), en échange de quoi nous nous engageons, jusqu'au 18 avril, à vendre les actions au prix de 56 euros. Tant que le cours demeure proche du niveau actuel, nous sommes gagnants. Si Melexis s'orientait subitement à la hausse, nous devrions peut-être céder les titres - rien de dramatique, puisque nous les détenons. Nous percevrions alors, en plus de la prime, 56 euros l'unité.Françoise Chombar, la CEO du groupe, prévoit une amélioration au second semestre. Les incertitudes qui entourent les nouvelles normes d'émission européennes et le Brexit seront d'ici là digérées, de sorte que la demande de voitures pourrait augmenter. Si c'est le cas, le redressement pourrait être rapide pour Melexis, qui réalise 90% de son chiffre d'affaires dans le secteur automobile.au prix d'ex. de 50 EUR,à 2 EURCe contrat ne contient que de la valeur temps, qui disparaît progressivement. Le temps est ici notre allié. Tant que le cours demeure supérieur à 50 euros, tout va bien. S'il passe sous ce soutien, nous devrons peut-être acquérir les actions, au prix de 48 euros (50-2). Il ne resterait plus alors qu'à attendre un redressement, puisque les perspectives à long terme sont favorables.Attention: le négoce d'options sur les actions belges est généralement très réduit. Limitez dès lors vos ordres.