Si nous demandions à cent investisseurs choisis au hasard quelle est l'économie qui a enregistré la plus forte croissance en 2015 et au premier semestre de l'an dernier, il y a fort à parier que la majorité d'entre eux répondent, à tort, que c'est la Chine. La bonne réponse est l'Inde, où la croissance du produit intérieur brut par habitant (PIB/habitant) a atteint 6,6% l'an dernier, contre 6,2% en Chine. L'Inde a poursuivi sur son élan en 2016 et enregistré une croissance du PIB de 7,9% au premier trimestre, damant à nouveau le pion à la Chine. Le taux de croissance du deuxième trimestre n'avait pas encore été publié au moment d'écrire ces lignes, mais les analystes tablent en moyenne sur 7,7%. Cette croissance est surtout portée par les investissements publics dans l'infrastructure. Les dépenses privées restent encore légèrement en retrait. La même tendance est d'ailleurs observable en Chine. Dans les économies occidentales où les finances publiques sont sous pression, on investit moins et ce n'est pas un hasard si la croissance est nettement plus faible.
...

Si nous demandions à cent investisseurs choisis au hasard quelle est l'économie qui a enregistré la plus forte croissance en 2015 et au premier semestre de l'an dernier, il y a fort à parier que la majorité d'entre eux répondent, à tort, que c'est la Chine. La bonne réponse est l'Inde, où la croissance du produit intérieur brut par habitant (PIB/habitant) a atteint 6,6% l'an dernier, contre 6,2% en Chine. L'Inde a poursuivi sur son élan en 2016 et enregistré une croissance du PIB de 7,9% au premier trimestre, damant à nouveau le pion à la Chine. Le taux de croissance du deuxième trimestre n'avait pas encore été publié au moment d'écrire ces lignes, mais les analystes tablent en moyenne sur 7,7%. Cette croissance est surtout portée par les investissements publics dans l'infrastructure. Les dépenses privées restent encore légèrement en retrait. La même tendance est d'ailleurs observable en Chine. Dans les économies occidentales où les finances publiques sont sous pression, on investit moins et ce n'est pas un hasard si la croissance est nettement plus faible. Entre-temps, la réforme du secteur financier se poursuit. La Reserve Bank of India, la banque centrale du pays, a un nouveau président. L'une des premières mesures que prendra Urjit Patel consistera à assouplir les restrictions imposées aux investisseurs étrangers. La levée des limites en matière d'investissements dans des obligations d'entreprises indiennes doit notamment doper les octrois de crédit. Pour l'instant, aucune baisse des taux n'est prévue. L'inflation est supérieure à 6% et Patel vise un taux d'intérêt réel positif (taux nominal moins l'inflation). Les indices boursiers indiens ont baissé, comme ceux des autres marchés émergents l'an dernier. L'année 2016 aussi avait mal commencé, mais le redressement est sensible depuis mars. Une correction n'est pas à exclure à court terme après une ascension de 20% au cours du semestre écoulé, mais pour les années à venir, les prévisions de croissance sont tout sauf mauvaises. Pour les actions du Nifty 50, l'indice de référence du National Stock Exchange (NSE) indien, on table sur une hausse moyenne des bénéfices de 14% pour 2017. Nous nous penchons ici sur les trois plus grands trackers permettant d'investir sur la Bourse indienne.iShares India 50 indexTicker : INDYBourse : NYSE ArcaPremière cotation : novembre 2009Actifs en gestion : 747 millions USDVolume moyen : 138 000Performance depuis le 01/01/2016 : +9,3%Performance depuis 12 mois : +7,5%Performance sur 3 ans : +66,8% Frais annuels de gestion : 0,94%Cet ETF de l'émetteur BlackRock est coté depuis novembre 2009 sous le ticker INDY. Il reflète l'évolution de l'indice S&P Nifty précité. Parmi les trois plus grands trackers, il est celui qui affiche le rendement le plus élevé depuis le début de l'année. Les frais annuels de gestion sont plutôt élevés: 0,94%. L'indice se compose de 50entreprises, dont les 10plus grandes ont une pondération cumulée de 52%. Les 5 plus grandes positions d'INDY sont:1. Housing Development Financial Corp. (HDFC, conglomérat financier)2. Infosys (informatique)3. ITC Ltd. (conglomérat)4. Reliance Industries (holding industriel)5. Icici BankWisdomTree India Earnings FundTicker : EPIBourse : NYSE ArcaPremière cotation : février 2008Actifs en gestion : 1,45 milliard USDVolume moyen : 3,58 millionsPerformance depuis le 01/01/2016 : +9,1%Performance depuis 12 mois : +10,2%Performance sur 3 ans : +67,2% Frais annuels de gestion : 0,83%Cet ETF de l'émetteur WisdomTree pèse plus lourd qu'INDY, et est également un peu plus ancien. La valeur sous-jacente en est le WisdomTree India Earnings Index. Cet indice compte 243entreprises, mais la diversification n'est pas plus importante que dans le cas du S&P Nifty. Le poids des 10 plus grandes positions atteint en effet 43% de la valeur de l'indice. Les frais annuels de gestion sont un peu plus faibles, avec 0,83%, mais restent plutôt élevés par rapport aux trackers qui reflètent des indices européens et américains. Les 5 plus grandes positions d'EPI sont:1. Reliance Industries2. Infosys3. HDFC4. Tata Motors (entreprise mère de Jaguar-Land Rover)5. Tata Consultancy Services (conglomérat)MSCI India ETFTicker : INDABourse : NYSE ArcaPremière cotation : février 2012Actifs en gestion : 4,03 milliards USDVolume moyen : 1,89 millionPerformance depuis le 01/01/2016 : +7,3%Performance depuis 12 mois : +4,9%Performance sur 3 ans : +56,8% Frais annuels de gestion : 0,68%Comme INDY, cet ETF (ticker INDA) appartient à la famille de produits iShares de l'émetteur BlackRock. INDA est de loin le tracker le plus grand (en termes d'actifs en gestion) et le plus liquide sur l'Inde. Cela provient du fait que la valeur sous-jacente est le très populaire MSCI India. Cet indice compte 74entreprises dont les 10 plus grandes en représentent 48%. INDA est également le moins cher des trois trackers présentés, avec des frais annuels de gestion de 0,60%. Le rendement est légèrement inférieur à celui des deux autres ETF, mais l'écart reste limité. Les 5 plus grandes positions d'INDA sont :1. HDFC2. Infosys3. Reliance Industries4. Tata Consultancy Services 5. Tata Motors Il existe encore quelques ETF qui se concentrent sur une niche spécifique, comme les petites capitalisations et les entreprises actives dans le segment de l'infrastructure ou des biens de consommation. Parmi les spécialistes des petites capitalisations, le plus haut rendement est à mettre à l'actif de l'iShares MSCI Small Cap ETF (ticker : SMIN), avec une hausse de 8,3%.