Depuis quelques mois, on parle beaucoup du phénomène naturel El Niño. Il se produit en cas de réchauffement de l'eau de surface de l'océan Pacifique à hauteur de l'Équateur, environ tous les deux à sept ans. L'ampleur et la fréquence d'El Niño (et donc de ses conséquences) sont très variables.
...

Depuis quelques mois, on parle beaucoup du phénomène naturel El Niño. Il se produit en cas de réchauffement de l'eau de surface de l'océan Pacifique à hauteur de l'Équateur, environ tous les deux à sept ans. L'ampleur et la fréquence d'El Niño (et donc de ses conséquences) sont très variables.Le cycle El Niño le plus récent à avoir eu un impact significatif s'est étendu de l'automne 2009 au début de l'année 2010. A l'époque, les prix des denrées alimentaires s'étaient envolés à la suite de mauvaises récoltes. El Niño est difficile à prévoir. Plusieurs services technologiques avaient déjà prévu un nouveau cycle l'an dernier après avoir observé une hausse des températures de surface de l'océan Pacifique. Il n'a cependant pas été question d'un véritable El Niño, car les températures se sont rapidement normalisées.Le mois dernier, l'US Climate Prediction Center a enregistré des températures supérieures de près de 2,5°C à la moyenne dans la partie centrale de l'océan Pacifique. Plusieurs événements météorologiques de ces derniers mois sont associés à El Niño, comme la vague de chaleur en Inde, les inondations dans la partie occidentale de l'Amérique du Sud et le début d'hiver relativement chaud en Amérique du Nord. De l'autre côté du continent, le Brésil est confronté à une longue période de sécheresse, au point qu'il a fallu rationner l'approvisionnement en eau dans certaines provinces. Traditionnellement, El Niño engendre également des courants d'air secs et très chauds en Australie et en Asie.Certains pays dont l'économie dépend grandement de l'agriculture, comme l'Inde, la Chine, le Vietnam et l'Indonésie, sont très vulnérables aux conditions météorologiques. De mauvaises récoltes peuvent rapidement avoir de lourdes conséquences sur l'équilibre du marché de certaines matières agricoles. Nous pensons ici en premier lieu aux céréales, au riz et aux huiles végétales (huile de palme, huile de soja), mais aussi au coton et au sucre. El Niño intervient à un moment où les prix de plusieurs matières premières agricoles se trouvent à proximité d'un plancher sur plusieurs années. On ne tient donc pas compte de son impact possible sur l'équilibre du marché jusqu'à présent. Nous étudions les possibilités de miser sur des hausses des prix par le biais de trackers. Cette semaine, nous discuterons de plusieurs trackers diversifiés, et la semaine prochaine, nous nous intéresserons aux trackers spécialisés dans des matières premières individuelles.PowerShares DB Agriculture ETFTicker : DBABourse: NYSE ArcaEmission : janvier 2007Performance depuis le 01/01/2015: -18,1%Performance sur 12 mois: -19,7%Performance sur 3 ans: -29,2%Volume journalier moyen: 275 000Actifs sous gestion: 793,8 millions USDFrais annuels de gestion: 0,85%Ce tracker émis par Invesco Powershares et coté depuis près de neuf ans sur le NYSE Arca est le plus grand dans le segment des matières premières agricoles à la fois en termes d'actifs gérés et de liquidité. Il a pour valeur sous-jacente le DBIQ Diversified Agriculture Index, qui se compose de contrats à terme sur les matières premières agricoles : maïs, soja, blé, cacao, café, sucre et viande (porc et boeuf). Plusieurs échéances sont utilisées. Les indemnités annuelles de gestion assez élevées de 0,85 % sont la conséquence des transactions fréquentes en contrats à terme.Les 5 plus grandes participations :Soja Novembre 201612,99%Cacao Mars 201611,94%Sucre Septembre 201611,2%Maïs Septembre 201610,92%Bétail sur pied Février 20169,94%Elements Rogers International Commodity Agriculture ETNTicker : RJABourse: NYSE ArcaEmission: octobre 2007Performance depuis le 01/01/2015: -14,3%Performance sur 12 mois: -13,7%Performance sur 3 ans: -32,4%Volume journalier moyen: 61 000Actifs sous gestion: 128,7 millions USDFrais annuels de gestion: 0,75%Elements est une ligne de produits de l'émetteur Merrill Lynch, Pierce, Fenner&Smith, une filiale de la Bank of America. Ce tracker présente une structure différente du DBA évoqué ci-dessus. Il s'agit en effet d'une Exchange Traded Note ou ETN, soit une dette subordonnée. L'ETN a été lancée en octobre 2007 et arrive à échéance en octobre 2022. Ce tracker suit les performances du Rogers International Commodity Agriculture, un indice composé de 21 matières agricoles, ce qui, comme dans le cas du DBA, garantit une diversification suffisante. Comme on n'investit donc pas dans des contrats à terme, il n'y a pas non plus de valeur sous-jacente. Les frais de gestion annuels sont un peu plus bas que pour DBA.Composition du Rogers International Commodity Agriculture Index (Top 5) :Maïs13,61%Blé13,61%Coton12,03%Soja10%Café5,73%iPath Bloomberg Agriculture ETNTicker: JJABourse: NYSE ArcaEmission: octobre 2007Performance depuis le 01/01/2015: -16,8%Performance sur 12 mois: -17,5%Performance sur 3 ans : -41%Volume journalier moyen: 4500Actifs sous gestion: 37,9 millions USDFrais annuels de gestion: 0,75%Ce tracker appartient à la ligne de produits iPath de l'émetteur Barclays. Comme dans le cas du RJA précité, il s'agit d'une Exchange Traded Note. L'échéance a cependant été fixée en octobre 2037. L'indice sous-jacent est le Bloomberg Agriculture Subindex. Il compte sept matières premières, avec une surreprésentation des céréales. Bien que JJA soit coté depuis 2007 comme DBA et RJA, les volumes et les actifs sous gestion sont nettement inférieurs. Les frais de gestion sont identiques à ceux du RJA.Composition du Bloomberg Agriculture Subindex (Top 5)Maïs29,94%Soja 20,26%Sucre 14,7%Blé 12,4%Huile de soja9,8%