Les cours des céréales sont actuellement sous pression. Sur les marchés à terme (américains) du soja, du maïs et du blé, des investisseurs spéculatifs ont accumulé un nombre record de positions courtes (vendeuses). C'est inhabituel en cette saison. A peine entamés, les semis, dans l'hémisphère Nord, restent tributaires des conditions météorologiques. La traditionnelle "prime météo" n'étant toutefois pas (encore) à l'ordre du jour, il est intéressant de se porter achete...

Les cours des céréales sont actuellement sous pression. Sur les marchés à terme (américains) du soja, du maïs et du blé, des investisseurs spéculatifs ont accumulé un nombre record de positions courtes (vendeuses). C'est inhabituel en cette saison. A peine entamés, les semis, dans l'hémisphère Nord, restent tributaires des conditions météorologiques. La traditionnelle "prime météo" n'étant toutefois pas (encore) à l'ordre du jour, il est intéressant de se porter acheteur.Les excellentes récoltes des dernières années ont permis d'accumuler d'importantes réserves. Mais le litige commercial avec la Chine, traditionnellement le plus grand acquéreur de céréales américaines, grippe désormais le système - les droits d'importation élevés incitent le pays à se tourner davantage vers l'Amérique du Sud. Il est toutefois pour ainsi dire acquis qu'une normalisation des relations provoquera un rebond des cours.En Amérique du Nord, le mauvais temps du début du printemps a retardé l'ouverture de la saison des semis. Mais les mois cruciaux étant surtout ceux de mai et de juin, il n'y a pas lieu de s'inquiéter pour le moment. Chaque céréale a sa propre dynamique, même si l'on note de nombreuses similitudes, comme les excédents élevés, reliquats des récoltes précédentes. Le cours du soja est tombé à son plus bas niveau depuis dix ans en 2018. Les récoltes de l'hémisphère Sud font leur arrivée sur les marchés (au Brésil, par exemple, la récolte est achevée à 90%); en outre, l'épidémie de peste porcine décime le cheptel chinois, qui n'avait plus été aussi clairsemé depuis 20 ans: la demande de soja pour l'alimentation animale est donc en baisse.La meilleure façon de miser, d'une manière diversifiée, sur une hausse des cours des céréales, consiste à acquérir l'ETFS Grains de WiisdomTree (ex-ETF Securities). Coté à Francfort (ticker: OD7Y; code ISIN: DE000AOKRKF9), ce tracker suit l'évolution du Bloomberg Grains Subindex, qui lui-même réplique l'évolution des cours du maïs, du blé et du soja par le biais de contrats swap. WiisdomTree propose également des trackers sur des céréales distinctes: l'ETFS Wheat (blé), l'ETFS Corn (maïs) et l'ETFS Soybeans (soja). Les amateurs de produits à effet de levier trouveront leur bonheur chez Goldman Sachs Markets (http://www.gsmarkets.be), qui propose des turbos longs sur le maïs (6), le blé (10) et le soja (5).