Après avoir culminé à 87,4 dollars en février 2021, l'action Materialise est tombée à 13,25 dollars aujourd'hui. Le spécialiste louvaniste de l'impression 3D a cependant signé un exercice 2021 record, avec un chiffre d'affaires (CA) dépassant pour la première fois les 200 millions d'euros, à 205,5 millions (+20,5% sur un an), un cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) de 32,5 millions d'euros (+59%) et un bénéfice net de 13,1 millions, ou 0,23 euro par action (BPA) (cont...

Après avoir culminé à 87,4 dollars en février 2021, l'action Materialise est tombée à 13,25 dollars aujourd'hui. Le spécialiste louvaniste de l'impression 3D a cependant signé un exercice 2021 record, avec un chiffre d'affaires (CA) dépassant pour la première fois les 200 millions d'euros, à 205,5 millions (+20,5% sur un an), un cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) de 32,5 millions d'euros (+59%) et un bénéfice net de 13,1 millions, ou 0,23 euro par action (BPA) (contre une perte de 7,2 millions en 2020). A 42,9 millions d'euros, le CA du pôle Software a augmenté de 9,9%, tandis que le Rebitda progressait de 17,9% (marge de Rebitda de 36,8%). Le CA de la branche Medical s'est établi à 73,4 millions d'euros (+18,9%) et le Rebitda, à 20,7 millions d'euros (+48,5%, marge de Rebitda à 28,2%, contre 22,5% précédemment). Mais c'est surtout le redressement du CA de Manufacturing (+28,3 %, à 89,3 millions d'euros) qui a permis au groupe de réaliser un CA inédit. Le Rebitda de ce pôle a quasiment doublé, à 6,4 millions d'euros (marge passée de 3,7 à 7,2%). Le CA du groupe s'est apprécié de 16,3% en glissement annuel, au premier trimestre de 2022, à 53 millions d'euros; le Rebitda (+1,9%, à 5,4 millions d'euros) et le bénéfice net (127.000 euros, contre -3,6 millions en 2021) sont toutefois à la traîne. En 2022, Materialise investit davantage dans la recherche, les ventes et le marketing. Sur l'exercice, il s'attend à une baisse de 10% du Rebitda, malgré la hausse attendue d'au moins 10% du CA; le consensus table sur un CA de 243,1 millions d'euros (+18,3%) mais sur un BPA de 0,14 euro seulement. La hausse des coûts tient en partie au rachat, au début de cette année, de Link3D, pour 33,5 millions de dollars en espèces, que le groupe a pu financer après la levée de 110,4 millions de dollars (à 24 dollars par action) en juin 2021. Cette intégration devrait lui permettre de gérer plus efficacement les impressions 3D à grande échelle, dans un secteur qui évolue lentement.L'action Materialise a elle aussi été entraînée dans le plongeon du secteur technologique. Nous en recommandons désormais l'achat (rating 1B) bien qu'elle ne soit pas bon marché, à un ratio valeur de l'entreprise (EV)/Ebitda de 19 et à 94 fois le bénéfice net attendus en 2022. Si les investisseurs retrouvent le moral, son cours pourrait progresser à 20 dollars dans les 12 mois qui viennent.