Il sera sans doute utile de rappeler, avant tout, que nos prévisions pour la prochaine décennie sont des considérations à longue échéance. Nous ne sommes pas nécessairement aussi enthousiastes à court terme.
...

Il sera sans doute utile de rappeler, avant tout, que nos prévisions pour la prochaine décennie sont des considérations à longue échéance. Nous ne sommes pas nécessairement aussi enthousiastes à court terme. Les entreprises et les gouvernements des pays émergents financent traditionnellement une grande partie de leurs activités en dollar américain. Ils sont dès lors très vulnérables à un ralentissement de l'économie mondiale. L'an dernier, l'appréciation du billet vert, la hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis et les tensions géopolitiques ont lourdement pesé sur ces marchés. Mais plusieurs arguments (lire l'article de Danny Reweghs, ici) justifient de leur accorder une nouvelle chance. Dans le portefeuille modèle, nous misons déjà sur ce thème de manière indirecte. Par le biais d'AB InBev (fort exposé au Brésil), mais pas seulement. N'oublions pas que la croissance structurelle de la demande mondiale de pétrole (Euronav et Royal Dutch Shell), d'huile de palme (Sipef et Anglo-Eastern Plantations) et d'uranium (Cameco et Uranium Participation Corp) est largement portée par les marchés émergents. Nous entendons effectivement investir davantage dans ces pays plus tard dans l'année, et de manière directe. Nous opterons avant tout pour des actions individuelles. Comme celles du groupe de luxe LVMH, qui bénéficie grandement de la hausse du pouvoir d'achat de la classe moyenne émergente en Chine. Il est peu probable que nous investissions directement dans des actions chinoises, tant il est complexe de les suivre et vu leur profil de risque, plus élevé. Nous n'excluons cependant pas une approche diversifiée par le biais d'un tracker (européen). L'iShares Core MSCI EM Markets ETF, coté sur Euronext Amsterdam (code ISIN : IE00BKM4GZ66) est un tracker de capitalisation suffisamment liquide que nous recommandons. Tout comme l'iShares MSCI EM Markets Distribution, sur la même Bourse (code ISIN : IE00B0M63177), qui, lui, distribue un dividende. Mais nous ne solliciterons pas nos liquidités trop vite, puisque nous craignons une dégradation du climat boursier à partir du 2e trimestre. Sans doute sera-t-elle porteuse de nouvelles opportunités.