La prestation relative des marchés émergents par rapport aux marchés mondiaux fut dramatique au bilan des cinq dernières années. Sur cet intervalle, le MSCI Emerging Markets a sous-performé de pas moins de 58% le MSCI World, une "sous-performance" d'une ampleur historiquement faible.
...

La prestation relative des marchés émergents par rapport aux marchés mondiaux fut dramatique au bilan des cinq dernières années. Sur cet intervalle, le MSCI Emerging Markets a sous-performé de pas moins de 58% le MSCI World, une "sous-performance" d'une ampleur historiquement faible. En fin de compte, les Bourses des marchés émergents sont en retrait par rapport à l'indice mondial depuis 2007, qui lui est dominé par les marchés boursiers "matures". Ce n'est pas inhabituel. Si nous analysons la situation du dernier quart de siècle, nous constatons une belle alternance entre hausses et replis. La première période faste des investissements dans les pays émergents est celle de 1989 à 1994, après quoi les Bourses occidentales (période des 'TMT') ont repris le flambeau. Une deuxième période clémente pour les même marchés s'est étalée entre 2003 et 2007, principalement portée par la Chine et les matières premières. Depuis 2007 cependant, les Bourses des marchés émergents sont clairement en retrait. Sur les douze derniers mois, l'écart s'élève à peine à 4% car depuis le début de l'année, il semble qu'un renversement de tendance soit amorcé. Depuis janvier en effet, les marchés émergents ont surperformé de 7% l'indice mondial.La faiblesse de ces marchés ne peut bien sûr pas être considérée indépendamment de la forte baisse des prix des matières premières. Soutenu notamment par un redressement des prix du pétrole et d'autres matières premières, le MSCI Emerging Markets a surperformé le MSCI World. En clair, les émergents ne seront plus un investissement évident. Cela dit, plusieurs arguments indiquent qu'ils redeviendront une région d'investissement intéressante, susceptible de reprendre le flambeau des marchés matures:• Fin de l'euphorie, atmosphère de crise: les hausses débouchent généralement sur un sentiment négatif• Forte sous-pondération: la part dans le PIB mondial des marchés émergents continue d'augmenter, à environ 60%, alors que celle des Bourses des marchés émergents dans la capitalisation boursière mondiale est revenue sous 20%, et même vers 10% au sein du MSCI World• Valorisation bon marché, très intéressante: elle dépend évidemment des deux éléments précités; le rapport cours/bénéfice moyen attendu pour 2016 s'élève à 12,5, contre 17 pour l'indice mondial. Malgré un potentiel bien plus important pour les bénéfices d'entreprises à (plus) long terme• Amélioration du tableau technique: il s'améliore enfin pour les marchés émergents, le processus de sortie de plancher semblant se dérouler. Nous percevons un potentiel vers 2017 et peut-être au-delà.Nous souhaitons placer spécifiquement l'accent sur ce thème en misant par l'intermédiaire d'un tracker sur l'inflexion attendue au niveau des préférences des investisseurs. Nous plaçons dès lors un ordre d'achat spécifique sur le tracker iShares MSCI Emerging Markets ETF (36USD; ticker EEM; cotation sur le NYSE sous le code ISIN US4642872349). Le tracker réplique les pondérations des principaux pays émergents (21% Chine, 14% Corée du Sud, 12% Taïwan, 9% Inde, 7% Brésil et Afrique du Sud, 4% Mexique et Russie, etc.), et est investi à 99% dans les actions des pays émergents.