Ces dernières années, les stratèges, analystes et journalistes ont usé de tous les superlatifs pour décrire la croissance de la Chine. Le parcours accompli par le pays depuis le début des années 1980 est en effet sans précédent dans l'histoire économique (moderne). Le PIB chinois moyen par habitant représentait en 2010 (6725 USD) 4,4 fois celui de 1985 (1519 USD), soit un quart de siècle plus tôt. Pour progresser dans les mêmes proportions, les Etats-Unis et l'Allemagne ont dû attendre 100 ans.
...

Ces dernières années, les stratèges, analystes et journalistes ont usé de tous les superlatifs pour décrire la croissance de la Chine. Le parcours accompli par le pays depuis le début des années 1980 est en effet sans précédent dans l'histoire économique (moderne). Le PIB chinois moyen par habitant représentait en 2010 (6725 USD) 4,4 fois celui de 1985 (1519 USD), soit un quart de siècle plus tôt. Pour progresser dans les mêmes proportions, les Etats-Unis et l'Allemagne ont dû attendre 100 ans. Ceci dit, cette croissance phénoménale s'est quelque peu essoufflée ces dernières années, même si elle compte toujours parmi les plus sensibles au niveau mondial. Dans ce contexte de croissance toujours ferme, on s'attendrait dès lors à ce que les marchés boursiers connaissent un parcours aussi prometteur. Il n'en est rien. Rien n'est même aussi déprimant que le graphique d'évolution des indices boursiers (locaux) chinois sur les cinq dernières années. Le Shanghai Stock Exchange Composite, notamment, affichait encore 3500 points à l'été 2009 et ne parvient même pas à dépasser le cap des 2000 points actuellement. Le sommet absolu remonte à l'automne 2007, juste au-dessus des... 6000 points ! TransformationLes Bourses locales chinoises figurent donc parmi les moins performantes au monde au bilan du lustre écoulé. Pour la plupart des investisseurs, la combinaison d'une croissance économique aussi ferme et d'une Bourse aussi faible est une énigme. A quelque 10 fois le bénéfice attendu, la Bourse de Shanghai semble en tout cas bon marché. Outre des problèmes de " corporate governance " (les actionnaires minoritaires ont des droits minimaux), la transformation de l'économie chinoise joue un rôle important. Les indices boursiers sont (sur)représentés par les entreprises exportatrices. Celles-ci perdent en compétitivité car les salaires chinois ont beaucoup augmenté ces dernières années. Une évolution idéale pour l'économie, qui place désormais de plus en plus l'accent sur la consommation, mais un cauchemar pour les sociétés exportatrices qui voient leurs marges s'éroder et de plus en plus de contrats leur passer sous le nez. Ces commandes sont décrochées par les " nouvelles Chines ", comme le Bangladesh, le Laos, le Vietnam... Les entreprises à succès sur le marché de la consommation sont encore trop peu représentées dans les indices. Pourtant, elles sont en plein essor. Dans notre rubrique " Produits dérivés ", nous abordons différentes possibilités de miser sur les marchés boursiers chinois.Concours Investisseur 2014Lundi prochain, le 17 février, commence le Concours Investisseur 2014. Pendant douze semaines (jusqu'au vendredi 9 mai), vous pouvez investir un capital de départ fictif de 100.000 EUR dans les actions des Bourses du NYSE Euronext de Bruxelles, Amsterdam et Paris, l'indice DAX, une série de trackers et de turbos. Vous pourrez gagner de beaux prix, dont une Hyundai i30 Wagon ! Inscrivez-vous sur le site www.concoursinvestisseur.be ! Sur Canal Z, les sites Internet Roularta et Twitter (#Belcom14 et @DannyReweghs), nous suivrons de près l'évolution de ce concours.