L'Argentine est au coeur de la crise que connaissent actuellement les pays émergents. Le peso (la monnaie argentine) est sous pression depuis l'été dernier. Le processus s'est accéléré après le découplage de l'USD en janvier, et la monnaie a perdu 45% de sa valeur en six mois. Ce découplage était inévitable après l'effondrement des réserves de devises étrangères, retombées de 53 milliards USD à 29 milliards USD ces deux dernières années. L'augmentation du déficit est également source d'inquiétude. La présidente Cristina Fernandez de Kirchner, qui a succédé à son mari Néstor de Kirchner début 2007, a mené une politique très à gauche, conformément à la tendance générale en Amérique latine. Des mesures "marxistes" ont créé un climat hautement défavorable aux entreprises : "harcèlement fiscal" des investisseurs étrangers, contrôle des capitaux et surtout nationalisation de la compagnie pétrolière espagnole YPF en mars 2010. A ce moment, Lumina avait en poche une offre d'environ 20 CAD de l...