L'Europe du Sud inquiète les investisseurs. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, fait couler beaucoup d'encre. L'homme prétend pouvoir prendre le contrôle de tout, même de la politique monétaire. Si la Banque centrale turque est censée gérer cela en toute indépendance, dans les faits, elle est, à l'instar des autres organismes du pays, loin d'être seule aux manettes. Elle aurait sinon relevé ses taux directeurs, vu l'inflation galopante. En conséquence de ce statu quo, la livre turque (TRY) plonge. Elle est ainsi devenue la devise la moins performante au monde, en dépit des ...