Deux "cygnes noirs" sont à l'origine de l'accès de nervosité observé en janvier sur les Bourses internationales. D'une part, l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani a intensifié les tensions au Moyen-Orient, même si la terrible bévue que représentait le tir sur un avion de ligne ukrainien a contraint l'Iran à battre en retraite. D'autre part, le coronavirus va avoir des effets négatifs sur la croissance économique chinoise et mondiale.
...

Deux "cygnes noirs" sont à l'origine de l'accès de nervosité observé en janvier sur les Bourses internationales. D'une part, l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani a intensifié les tensions au Moyen-Orient, même si la terrible bévue que représentait le tir sur un avion de ligne ukrainien a contraint l'Iran à battre en retraite. D'autre part, le coronavirus va avoir des effets négatifs sur la croissance économique chinoise et mondiale. Dans un tel contexte, nous comprenons la déception suscitée par les performances boursières des mines d'or et d'argent, clairement en deçà de celles de l'or et de l'argent eux-mêmes. C'était d'ailleurs déjà le cas lors de la hausse de l'an dernier. L'or, par exemple, est parvenu à briser la résistance cruciale à 1.360-1.380 dollars l'once troy dès juin 2019. Selon nous, cette zone constitue aujourd'hui un plancher solide pour les années à venir. Malheureusement, les mines d'or ont été incapables de réaliser le même exploit: ni le HUI, l'indice phare des mines d'or, ni le tracker GDX (VanEck Vectors Gold Miners) n'a rompu de barrière. Si ce dernier a flirté à plusieurs reprises avec sa résistance importante à 30-31 dollars ces dernières semaines, il ne l'a franchie à aucun moment en raison de prises de bénéfices. Il faut en conclure que les mines d'or et d'argent ne sont pas encore mûres pour une envolée, dans un contexte pourtant assez favorable. En décembre, nous avions à nouveau fortement étoffé notre position dans les métaux précieux, dans l'espoir de voir le regain de volatilité se traduire rapidement par une percée. Nous nous sommes manifestement montrés trop optimistes et devons désormais tabler sur un léger repli à court terme - sauf emballement du coronavirus. La mortalité (nombre de décès par rapport au nombre de contaminations) reste certes limitée, mais le délai d'incubation assez long provoque une augmentation rapide du nombre de personnes contaminées. Précisons cependant que jusqu'à nouvel ordre, la hausse des cours des mines d'or et d'argent n'est que différée: nous tablons toujours sur une contribution significative de cette position au rendement du portefeuille modèle cette année. VanEck Vectors Gold MinersConseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 28,99 dollarsTicker: GDX USCode ISIN: US92189F1066Marché: NYSECapit. boursière: 13,16 milliards USDC/B attendu en 2019: -C/B attendu en 2020: -Perf. cours sur 12 mois: +29%Perf. cours depuis le 01/01: -1%Rendement du dividende: -