Systématiquement, les observateurs pointent du doigt la Chine. Le sensible ralentissement de la croissance de l'empire du Milieu est généralement considéré comme la première raison du repli spectaculaire des prix des matières premières. La consommation de plusieurs matières premières était peut-être devenue excessive. A plus forte raison celle de certains métaux de base, dont la part mondiale de la Chine s'était hissée entre 40 et 50%.
...

Systématiquement, les observateurs pointent du doigt la Chine. Le sensible ralentissement de la croissance de l'empire du Milieu est généralement considéré comme la première raison du repli spectaculaire des prix des matières premières. La consommation de plusieurs matières premières était peut-être devenue excessive. A plus forte raison celle de certains métaux de base, dont la part mondiale de la Chine s'était hissée entre 40 et 50%.Les matières premières couvrent évidemment un vaste concept. Notre enthousiasme à l'égard des matières premières agricoles est toujours réel. Nous y reviendrons spécifiquement dans une actualisation lors d'une prochaine stratégie. Aujourd'hui, nous nous limiterons aux métaux. Nous avons déjà fait état de notre enthousiasme par rapport aux métaux précieux cette année (voyez le numéro 2A). Répétons qu'en ce qui concerne l'or, nous pensons que le processus de formation de plancher est en cours et qu'il sera finalisé dans les prochains mois. L'incertitude accrue par rapport à l'économie mondiale et l'érosion de la confiance dans les banques centrales constituent la base idéale pour un redressement (sensible) des métaux précieux en général et de l'or en particulier dans le courant de l'année. En ce qui concerne les métaux de base (de l'aluminium au cuivre, du nickel au zinc), nous sommes moins enthousiastes. Le prix est toujours déterminé par l'offre et la demande. Or, compte tenu de l'incertitude par rapport aux prévisions de croissance de la Chine et vu leur poids important au niveau mondial, la demande pose de sérieux doutes. Côté offre, nous dénombrons encore trop peu d'initiatives visant une limitation considérable de la production. La surcapacité et les importants stocks devront être réduits avant qu'il puisse être question de stabilisation des prix. D'autre part, les prix de plusieurs métaux ont tellement baissé qu'ils sont arrivés désormais au niveau des coûts de production. Il est évident que l'essentiel du repli est derrière nous et que dans le courant de cette année ou l'an prochain, un plancher sera atteint pour les prix de la plupart des métaux.C'est la raison pour laquelle dans la thématique " Or & Métaux ", nous plaçons jusqu'à nouvel ordre l'accent sur les métaux précieux, avec nos positions dans Franco-Nevada (à renforcer), Market Vectors Gold Miners (tracker sur les mines d'or excessivement sanctionnées ; position complète) et Umicore (perspective d'amélioration des marges sur l'activité de recyclage en cas de redressement des prix des métaux précieux). Nous considérons Rio Tinto comme le géant des matières premières, capable de traverser une période plus difficile. Le marché s'est montré déçu par l'évolution de cours d'ArcelorMittal ces dernières années. L'acier chinois, bon marché, demeure un problème. Nous espérons cependant une phase de redressement dans les prochains mois ou semaines. Nous procéderons à une nouvelle évaluation de l'action lors de la publication des chiffres annuels (12/2).