L'excuse de la BCE publiée dans son rapport ne tient pas la route. La Banque ne peut en effet reprocher aux États de ne rien entreprendre pour soutenir sa politique monétaire alors qu'elle réclame de leur part qu'ils respectent le diktat budgétaire. Elle n'a pas encore compris qu'il n'y aura aucune relance sans retour de la confiance. Des taux nuls ou même négatifs ne changeront rien à l'affaire.
...