Ces dernières années, les banques centrales furent au premier plan. Elles sont les premières à avoir pu tirer les marrons hors du feu pour sauver le système bancaire occidental et éviter une récession mondiale qui nous aurait ramenés à la situation des années Trente. Mais ce qui devait être une mesure exceptionnelle et donc temporaire, la réponse urgente et adéquate à la profonde crise économique et financière, est devenu une politique permanente, dont l'efficacité est de plus en plus systématiquement remise en question. Cette politique est sujette en quelque sorte à la loi de base des rendements non proportionne...