Ce n'est ni plus ni moins qu'un déshonneur pour la Banque centrale européenne et son président, Mario Draghi, si les banques européennes ont pris " seulement " 82,6 milliards EUR de la première tranche des TLTRO (" Targeted Long Term Refinancing Operations "), ou LTRO 2.0. L'objectif de la mesure était que l'argent très bon marché octroyé sous forme de prêts aux banques atterrisse dans une plus large mesure dans l'économie réelle que ce ne fut le cas lors de l'opération LTRO d'il y a quelques années. D'où le " T " supplémentaire en début d'acronyme. La BCE avait en effet mis à disposition 400 m...