L'Initié de la Bourse et Trends-Tendances prennent leurs quartiers d'été: ils passent à un rythme bimensuel, avant d'en revenir à une parution hebdomadaire à partir du 25 août. Davantage encore que les autres années, prendre le temps de se ressourcer et de réfléchir ne pourra que faire du bien à tout le monde. Cela faisait un demi-siècle environ que nombre de places boursières occidentales n'avaient pas connu un premier semestre aussi malmené, caractérisé par un sommet très tôt dans l'année, auquel a succédé un creux (provisoire?) à la toute fin de la période.
...

L'Initié de la Bourse et Trends-Tendances prennent leurs quartiers d'été: ils passent à un rythme bimensuel, avant d'en revenir à une parution hebdomadaire à partir du 25 août. Davantage encore que les autres années, prendre le temps de se ressourcer et de réfléchir ne pourra que faire du bien à tout le monde. Cela faisait un demi-siècle environ que nombre de places boursières occidentales n'avaient pas connu un premier semestre aussi malmené, caractérisé par un sommet très tôt dans l'année, auquel a succédé un creux (provisoire?) à la toute fin de la période.Les investisseurs ne peuvent naturellement qu'être déçus. Ceci étant, les personnes qui ne supportent pas les brefs replis n'ont indiscutablement rien à faire sur les marchés boursiers. Reste que la situation dure depuis six mois maintenant et que la chute est non pas de quelques pour cent, mais de plusieurs dizaines de pour cent en moyenne. Même les valeurs de tout premier ordre ont enregistré une baisse qui avoisine souvent 30% à 40%. C'est frustrant et douloureux.Il faut bien sûr remettre les choses en perspective. Il est aujourd'hui clair que les marchés n'ont pu progresser autant entre le deuxième trimestre de 2020 et la fin de 2021 que parce que les analystes et les investisseurs ont cru au caractère temporaire, prôné par les banques centrales, de la poussée inflationniste. Si les banquiers centraux avaient réagi plus rapidement, l'envolée n'aurait jamais été aussi forte et la chute, cette année, n'aurait pas été aussi violente.Puisse cette pensée nous apporter à tous un certain réconfort durant l'été. Il faut aujourd'hui à tout prix éviter de se laisser abattre et de céder ses titres au prétexte que l'on ne supporte plus les mauvaises nouvelles. De ce point de vue, les vacances arrivent juste à temps pour nous permettre de réfléchir et de prendre un peu de recul. Repos et temps de réflexion portent souvent conseil; ce sera d'autant plus précieux qu'il est tout à fait possible que les investissements soient entrés dans une période sombre. Les vacances sont l'occasion rêvée d'écouter des podcasts. Comme la série d'été consacrée à la finance comportementale (disponible en néerlandais uniquement), dans laquelle notre collègue Jef Poortmans, interviewé par la journaliste économique Ilse De Witte, parle des erreurs, des pièges et des préjugés qui menacent les investisseurs. Il analyse les causes de divers faux pas et la manière de les identifier. Il décrit la façon d'éviter les chausse-trappes et de ne pas les laisser compromettre les rendements; il détaille le processus d'investissement idéal, explique comment s'y tenir et comment changer sa façon de penser et de procéder pour obtenir des rendements décents à terme.Que vous vous référiez à ces enregistrements ou à d'autres, nous vous souhaitons une agréable écoute et espérons qu'ils vous aideront à surmonter cette période difficile.