Après avoir atteint, à l'automne 2018, un plancher jamais vu depuis 2008, le prix du sucre s'était redressé. De nouveau orienté à la baisse, il est tombé à son plus bas niveau en près d'un an.
...

Après avoir atteint, à l'automne 2018, un plancher jamais vu depuis 2008, le prix du sucre s'était redressé. De nouveau orienté à la baisse, il est tombé à son plus bas niveau en près d'un an.L'offre affiche un excédent estimé à 1,8-2,1 millions de tonnes sur l'année de récolte 2018-2019 (1er octobre - 30 septembre), pour une production totale de 178 à 179 millions de tonnes. En 2017-2018, le surplus atteignait 7,3 millions de tonnes. L'Inde, où la récolte devrait battre de nouveaux records grâce à une excellente saison de mousson, est très excédentaire. Le coût de production local est bien supérieur aux prix du marché mondial, mais la différence est couverte par des subsides: les producteurs locaux n'ont donc aucun intérêt à réduire leur production. Le Brésil et l'Australie, entre autres, se sont plaints de la politique indienne auprès de l'Organisation mondiale du commerce. Un autre facteur important est le cours du réal brésilien (BRL). Lorsqu'il est faible, les exportations depuis le Brésil, premier exportateur de sucre, sont soutenues. Le président Jair Bolsonaro est un personnage controversé, et l'optimisme initial à propos de ses réformes économiques est quelque peu retombé. De 3,7 fin juillet, la paire USD/BRL a atteint 4,15, son plus haut niveau en près d'un an, au détriment du prix du sucre.L'Organisation internationale du sucre prévoit un déficit de 3,5 millions de tonnes à partir de 2019-2020. En dehors de l'Inde, où les subsides perturbent donc le marché, la faiblesse des prix pèse sur la production. Au Brésil, 65% du sucre brut est transformé en éthanol en lieu et place de sucre raffiné. En Thaïlande également, de plus en plus d'agriculteurs se tournent vers d'autres cultures. Depuis la libéralisation du marché européen du sucre, la superficie cultivable allouée à cette matière première baisse. Nous estimons que le cours tient déjà compte de nombreux éléments négatifs et que des prix inférieurs au coût de production ne sont pas tenables à terme. A brève échéance, l'évolution du BRL est le principal paramètre.Commerzbank, pour ne citer qu'elle, propose des turbos destinés à miser sur une hausse des prix (turbos longs). L'investisseur qui préfère les trackers aux produits à effet de levier peut se tourner vers l'ETFS Sugar, qui s'échange sur le Xetra allemand sous le ticker OD7R et le code ISINDE000AOKRJ85.