La semaine dernière, le cours du sucre est retombé à son plus bas niveau depuis janvier 2009. Sur ces 12 derniers mois, le sucre fut même la matière première la moins performante du Bloomberg Commodity Index. Au début de l'année de récolte 2014-2015 (octobre à septembre), on tablait pourtant sur un déficit pour le marché mondial du sucre. Mais de déficit, il semble de plus en plus qu'il ne sera pas question cette année.
...

La semaine dernière, le cours du sucre est retombé à son plus bas niveau depuis janvier 2009. Sur ces 12 derniers mois, le sucre fut même la matière première la moins performante du Bloomberg Commodity Index. Au début de l'année de récolte 2014-2015 (octobre à septembre), on tablait pourtant sur un déficit pour le marché mondial du sucre. Mais de déficit, il semble de plus en plus qu'il ne sera pas question cette année.Stocks recordDans son dernier rapport en date, l'International Sugar Organisation (ISO) prévoyait une cinquième année consécutive de production mondiale de sucre supérieure à l'offre. Les stocks atteindraient ainsi un nouveau record. Outre la surproduction, la faiblesse du real brésilien (BRL) joue également un grand rôle dans l'évolution du cours du sucre. Le Brésil est le premier producteur mondial de sucre, et la baisse du BRL profite aux producteurs qui vendent leur sucre en USD. Les prévisions de l'ISO ne font cependant pas l'unanimité. Plus tôt dans l'année, la Société Générale avait pronostiqué un déficit à partir de cet été (après la récolte brésilienne), qui se creuserait encore l'an prochain. L'institution estime en effet que le Brésil va accroître la quantité de cannes à sucre transformées en éthanol, ce qui réduira d'autant le volume de sucre raffiné mis sur le marché. Le ministère brésilien de l'énergie a récemment porté la teneur obligatoire en éthanol des carburants routiers de 25 à 27%, ce qui entraînera mécaniquement une hausse de la demande. Un autre motif d'espoir est l'augmentation de la consommation en Chine. Le pays a importé 2,1 millions de tonnes de sucre entre janvier et mai. C'est 58% de plus qu'au cours de la même période il y a un an.Les émetteurs de produits à effet de levier ont nettement réduit leur assortiment ces dernières années. Une conséquence d'une part de la nouvelle réglementation (augmentation des exigences de capitaux), mais aussi d'une stratégie visant à ne plus proposer des placements dans des matières premières liées à l'agriculture. Il subsiste toutefois suffisamment de trackers qui permettent de miser sur l'évolution du cours du sucre.iPath DJ UBS Sugar ETNTicker: SGGBourse: NYSE ArcaEmission: juin 2008Performance depuis le 01/01/2015: -21,5%Rendement sur 12 mois: -49%Rendement sur 3 ans: -62,2%Volume journalier moyen: 48 000Actifs sous gestion: 52,9 millions USDFrais annuels de gestion: 0,75%Le tracker de loin le plus important en termes d'actifs en gestion est le Dow Jones UBS Sugar ETN. Il appartient à la famille iPath de l'émetteur Barclays, et est coté sur le NYSE depuis juin 2008 (ticker : SGG). Ce tracker présente la structure juridique d'une Exchange Traded Note ou ETN, ce qui signifie qu'il s'agit d'une obligation subordonnée dans le chef de l'émetteur. Dans la pratique, ceci n'a d'importance que si l'émetteur rencontrait des problèmes financiers. SGG est un tracker " passif " qui réplique la performance du sous-indice Dow Jones UBS Sugar. Celui-ci se compose d'un seul contrat à terme, la position étant systématiquement roulée. Il faut savoir que le sucre se trouve actuellement en situation de contango, ce qui signifie que les contrats à terme ayant une échéance ultérieure sont plus chers. Chaque roulement de position engendre donc un rendement négatif. Les frais annuels de gestion s'élèvent à 0,75%, ce qui est conforme aux autres trackers sur des futures sur matières premières. Teucrium Sugar FundTicker: CANEBourse: NYSE ArcaEmission: septembre 2011Performance depuis le 01/01/2015: -21,3%Rendement sur 12 mois: -39,2%Rendement sur 3 ans: -50,8%Volume journalier moyen: 6300Actifs sous gestion: 3,9 millions USDFrais annuels de gestion: 1,77%Arrivé quelques années plus tard sur le marché, ce tracker émis par Teucrium (Ticker CANE) est toutefois nettement plus avancé que le SGG discuté ci-dessus. La valeur sous-jacente se compose en effet de plusieurs contrats à terme. Cette diversification réduit grandement les inconvénients liés à la situation de contango. Actuellement, le patrimoine en gestion est réparti sur les futures octobre 2015 (35%), mars 2016 (30%) et mars 2017 (35%). Malgré cette diversification, le Teucrium Sugar Fund n'est pas beaucoup plus performant que le SGG depuis le début de l'année 2015. Il creuse cependant l'écart sur un an et trois ans. Revers de la médaille : les frais de gestion s'élèvent à 1,77%, une conséquence des frais de transaction plus élevés. La liquidité est nettement inférieure à celle du SGG, mais reste suffisante pour les investisseurs particuliers.Pure Beta Sugar ETNTicker: SGARBourse: NYSE ArcaEmission: avril 2011Performance depuis le 01/01/2015: -23,9%Rendement sur 12 mois: -44%Rendement sur 3 ans: -57,5%Volume journalier moyen: 1900Actifs sous gestion: 1,3 million USDFrais annuels de gestion: 0,75%Comme le SGG, ce tracker est émis par Barclays iPath. Mais il n'a été mis sur le marché qu'en avril 2011. Le Pure Beta Sugar ETN (ticker SGAR) suit l'évolution du Barclays Capital Sugar Pure Beta Index. A nouveau comme dans le cas du SGG, celui-ci se compose d'un seul contrat à terme, mais pas nécessairement le prochain future à arriver à échéance ou le plus négocié. Les frais annuels de gestion sont du même niveau que dans le cas du SGG, alors que la liquidité est encore inférieure à celle du CANE. Fondamentalement, ce dernier élément ne pose aucun problème, mais comme le même émetteur propose un autre tracker sur le sucre, il n'est pas imaginable que le plus petit soit liquidé. Ceux qui possèdent le tracker se verront certes verser la valeur nominale, mais une liquidation n'intervient pas toujours au moment le plus favorable. Nous conseillons dès lors aux investisseurs d'opter soit pour le SGG, soit pour le CANE.