Le rallye Trump a perdu un peu de vitesse. Mais il faut bien l'admettre, c'est grâce au 45eprésident des États-Unis que nous avons pu assister à un premier trimestre en Bourse très différent de celui de l'an dernier. Pour mémoire, début 2016, la croissance économique mondiale était bien trop faible en raison de l'essoufflement de l'économie chinoise. Le plongeon des prix des matières premières avait encore assombri le tableau. Même Wall Street n'est finalement parvenu que de justesse à échapper à une réorientation baissière (repli de 20% à partir du som...