Si à long terme, la corrélation entre les prix du pétrole et du gaz est très étroite, ce n'est pas toujours vrai sur des périodes courtes. Ces dernières semaines par exemple, le prix du baril de brut est retombé à son niveau le plus bas en plus d'un an, alors que celui du gaz naturel n'avait plus été aussi élevé depuis 2014. Le 14 novembre, le cours du gaz naturel a même bondi de 18% en une seule séance, sa plus forte augmentation journalière depuis ...

Si à long terme, la corrélation entre les prix du pétrole et du gaz est très étroite, ce n'est pas toujours vrai sur des périodes courtes. Ces dernières semaines par exemple, le prix du baril de brut est retombé à son niveau le plus bas en plus d'un an, alors que celui du gaz naturel n'avait plus été aussi élevé depuis 2014. Le 14 novembre, le cours du gaz naturel a même bondi de 18% en une seule séance, sa plus forte augmentation journalière depuis 2010.Cette envolée peut paraître étrange. La production de gaz naturel américain n'a en effet jamais été aussi élevée et la capacité va même être étoffée. Toutes les remontées de prix s'étant, dans un passé récent, interrompues au-dessus de 3 dollars par million de British thermal units (BTU, l'unité de mesure du gaz), maints spéculateurs se sont habitués à prendre d'importantes positions short à partir de ce niveau. Mais lorsque de nombreuses régions d'Amérique du Nord ont, en novembre, subi une vague de froid étonnamment précoce, la réaction a été violente: tous les shorters ont dû clôturer leurs positions, ce qui a propulsé le cours à la hausse. Fin novembre, les stocks américains de gaz naturel étaient de 16,6% inférieurs à ce qu'ils avaient été 12 mois auparavant. Par rapport à la moyenne à cinq ans, l'écart flirte même avec les 19%. Il est toutefois peu probable que le prix dépasse son niveau record de 2014 (6,5 dollars): la capacité d'acheminement au départ des zones de production du nord-est va en effet s'accroître ces prochains mois, ce qui allégera la pression sur les stocks. Les climatologues américains prévoient en outre un hiver plutôt doux, conséquence du phénomène El Niño.Si le prix du gaz naturel franchit la barre des 4,5 dollars par million de BTU, l'investisseur peut décider de prendre des positions short, en recourant à un inverse tracker ou à des produits de levier. L'ETFS 1x Daily Short Natural Gas est émis par ETFS Commodity Securities (ticker: SNGA, code ISIN: JE00B24DKH53). Son objectif est d'atteindre sur une base journalière le rendement inverse de l'indice Bloomberg Natural Gas Total Return. L'on peut aussi utiliser les produits de levier (turbos) de BNP Paribas Markets et de Commerzbank; dans un cas comme dans l'autre, le spread est limité à 1 centime d'euro.