Vous avez été nombreux à nous demander à quoi ressemblerait le portefeuille modèle en 2020. Sans nous attarder sur chaque action individuelle (nous leur consacrons déjà une rubrique hebdomadaire), voyons comment évolueront les principaux thèmes.
...

Vous avez été nombreux à nous demander à quoi ressemblerait le portefeuille modèle en 2020. Sans nous attarder sur chaque action individuelle (nous leur consacrons déjà une rubrique hebdomadaire), voyons comment évolueront les principaux thèmes. Fondamentale, cette thématique est appelée à gagner en importance encore cette année. Compte tenu de sa composition très variée, nous nous pencherons, exceptionnellement, sur certaines des actions qui la constituent. Cameco et Uranium Participation nous permettent de miser, depuis un certain temps déjà, sur l'augmentation escomptée du cours de l'uranium. Bien que leur cours soit inférieur à leur prix d'achat, nous anticipons une reprise de ces titres en 2020. Comme ils s'inscrivent dans une perspective de long terme, une vente rapide n'est pas envisageable - c'est d'ailleurs le cas pour la quasi-intégralité des actions de cette catégorie.Nous n'attendons rien de spectaculaire de 7C Solarparken, qui conserve néanmoins l'élan acquis en 2019. Ceci dit, même si, comme c'est probable, son cours évolue peu, son potentiel de hausse à terme est suffisant pour que nous conservions cette valeur solide et défensive en portefeuille. Deceuninck a souffert en 2019 de la crise en Turquie, où il réalise 30% environ de son chiffre d'affaires. Son cours s'est toutefois nettement redressé en fin d'année. Nous sommes convaincus de son potentiel sur le long terme, mais la visibilité, sur 2020, est plutôt réduite. Nous attendons donc avec impatience la publication des chiffres de 2019 et, espérons-le, des pronostics de la direction pour cette année. En tout état de cause, nous espérons moins de 2020 que des exercices suivants.Le Groupe Jensen ne s'apprêtant sans doute pas à annoncer des résultats exceptionnels pour 2019, ce seront les perspectives qui pourraient en soutenir l'action; 2020 devrait être, elle aussi, une année de transition et, là encore, nous devrons nous appuyer sur les perspectives de long terme pour justifier le maintien du titre dans le portefeuille modèle. Après des années d'attente, nous avons intégré Kinepolis dans le portefeuille l'an passé. Le groupe, qui devrait avoir achevé l'exercice sur des résultats solides, procédera sans doute à des acquisitions ces prochaines années, ce qui devrait permettre à son cours d'afficher une courbe joliment ascendante. Nous pourrions renforcer notre position en cas de correction intermédiaire. Notre position dans Lotus Bakeries étant déjà très importante, nous n'avons pas l'intention de l'étoffer cette année. Le cours du biscuitier belge devrait globalement suivre le même trajet que celui de Kinepolis (hausse progressive, au moins égale à celle de l'indice Bel 20). Les résultats annuels seront publiés le 10 février.Prosus a été intégré en 2019, très peu de temps après son introduction sur Euronext Amsterdam. Nous sommes quasi certains d'étoffer notre position cette année: miser sur Prosus, c'est en effet miser sur le potentiel à long terme du chinois Tencent Holdings, qui représente quelque 90% de la valeur intrinsèque de Prosus. Sipef est en portefeuille depuis plus longtemps (précédemment, sous le thème "agriculture"). Nous aurions dû acquérir de nouveaux titres l'an passé; vu le niveau qu'atteint aujourd'hui le cours, nous ne sommes pas sur le point de corriger cette omission. Soulignons qu'après une période de faiblesse, le cours de l'huile de palme a opéré un retour en force en fin d'année.Cela fait un certain temps déjà que nous envisageons de troquer Tessenderlo contre Picanol, dont il représente une part importante de la valeur. La cyber-attaque est peut-être l'occasion que nous attendions; nous fixons d'ores et déjà une limite d'achat. Ces deux sociétés nous semblent de toute façon receler un potentiel réel. Nous avons inclus Texaf dans nos favoris pour cette année, ce qui signifie que nous attendons de lui un appréciable parcours boursier - qui s'appuiera sur la poursuite des projets immobiliers sur le site de premier plan à Kinshasa (Utexafrica), sur le redressement de Carrigrès (carrière de grès), sur la levée des incertitudes qui entouraient le développement du site de Kinsuka (1.500 maisons à vendre à 12 kilomètres de Kinshasa) et sur le démarrage du hub numérique à Kinshasa; sans compter que Texaf pourrait prendre, dès cette année, des participations dans des start-up prometteuses. Nous espérons beaucoup de ce thème, qui pourrait selon nous contribuer le plus intensément au rendement du portefeuille au premier semestre; c'est pourquoi nous avons considérablement étoffé nos positions le mois dernier. Sur les sept participations envisagées, nous avons intégré trois mines d'or et d'argent dans nos favoris pour 2020. Nouveau venu, First Majestic Silver a été choisi en raison de sa forte exposition à l'argent, dont le cours est resté en retrait par rapport à celui de l'or en 2019 (l'argent devrait représenter 67% des revenus de First Majestic cette année). Des problèmes opérationnels ont empêché IAMGOLD et McEwen Mining de suivre l'évolution du cours de l'or et des autres actions minières; mais si ces difficultés étaient résolues, les actions de l'un et de l'autre pourraient reprendre de la hauteur. Nous attendons du reste beaucoup des autres lignes de ce thème: pour ces titres, il s'agira tout simplement de poursuivre sur la lancée amorcée à l'automne 2018.Rappelons que la différence entre les "valeurs de base" et les "candidates au redressement" réside tout simplement dans l'horizon temporel, nettement plus long (plusieurs années) pour les premières que pour les secondes. Cette dernière catégorie s'étant considérablement affaiblie, nous espérons désormais une reprise, après quoi nous pourrons revendre - pas immédiatement mais, disons, dans les 12 à 24 mois.Les six actions de ce thème ont un point commun: leur cours n'atteint plus la moitié, voire le tiers ou moins encore, de leur record historique. Analystes et investisseurs s'en détournent donc. C'est particulièrement vrai du Groupe Balta et de Kraft Heinz Company. Espérons que toutes ces valeurs ont désormais atteint leur plancher, tant en termes de cours que de résultats. Si ces derniers pouvaient se redresser en 2020, les cours repartiraient à la hausse - spectaculairement, peut-être, pour certains. Selon nous, ce sont Balta et le producteur d'engrais Mosaic qui recèlent le potentiel de redressement le plus marqué, surtout pour cette année. C'est pourquoi nous les avons inclus parmi nos favoris. Comme cette rubrique sera la semaine prochaine consacrée à l'évolution escomptée des valeurs biotechnologiques du portefeuille, nous serons brefs. Nous rappellerons toutefois que pour nous, ce thème s'inscrit résolument sur le long terme. Diversifiés, nos investissements ont un horizon de trois à cinq ans. Ils forment un ensemble intéressant de stars émergentes, comme argenx et Galapagos, et de biotech qui ont encore tout à prouver et affichent une capitalisation boursière très modeste, dont Bone Therapeutics et MDxHealth. Les ventes de ConfirmMDx (test de dépistage du cancer de la prostate) doivent redémarrer cette année, sans quoi MDxHealth pourrait se trouver en difficulté; en ce qui la concerne, l'horizon est donc nécessairement plus court. Pour le reste, nous demeurons évidemment attentifs aux résultats cliniques et aux partenariats qui pourraient être annoncés prochainement.