Le cours de Royal Dutch Shell est revenu à son plus faible niveau depuis novembre de l'an dernier. Compte tenu, notamment, de sa faible valorisation, l'action pétrolière assure un rendement de dividende brut de 7,3%. Tôt ou tard, ce rendement confortable devrait intéresser les investisseurs, qui devraient contribuer à réorienter le cours à la hausse. En outre, le secteur pétrolier a une touche spéculative actuellement.
...

Le cours de Royal Dutch Shell est revenu à son plus faible niveau depuis novembre de l'an dernier. Compte tenu, notamment, de sa faible valorisation, l'action pétrolière assure un rendement de dividende brut de 7,3%. Tôt ou tard, ce rendement confortable devrait intéresser les investisseurs, qui devraient contribuer à réorienter le cours à la hausse. En outre, le secteur pétrolier a une touche spéculative actuellement.La compagnie pétrolière française Total, important concurrent de Shell, rachète la division pétrolière du géant danois de la navigation maritime A.P. Møller-Maersk. La transaction porte sur un montant total de près de 7,5 milliards de dollars (6,3 milliards d'euros). Cette opération pourrait donner des idées à d'autres compagnies pétrolières.Nous pensons que le marché est actuellement trop largement négatif concernant l'action Shell. À plus forte raison à présent que de plus en plus d'indicateurs attestent que l'économie occidentale est à nouveau en croissance. Si une nouvelle hausse du cours de Shell est vraisemblable, le détenteur des actions peut émettre des calls (couverts), de manière à gagner plus d'argent. Force est de constater cependant que la valeur des options call n'est pas suffisante actuellement. La plupart des calls à un prix d'exercice proche du cours actuel produisent un rendement de moins de 1,5%. Les détenteurs des actions devraient donc attendre une nouvelle hausse de cours.Les investisseurs qui ne détiennent pas encore d'actions Shell peuvent essayer d'obtenir les actions à meilleur compte en émettant des puts.Émission put Royal Dutch Shell juin 2018 au prix d'ex. de 24 EUR à 2,54 EURL'émetteur de ce contrat reçoit directement 254 euros (2,54 euros x 100). Aucun investissement n'est nécessaire mais vous devez être disposé à acheter les actions Shell à 24 euros si la contrepartie qui a acheté l'option put le demande, ce qu'il ne fera que si nous faisons erreur par rapport au potentiel de cours de cette action. En d'autres termes, si le cours reflue sous 24 euros. L'action vous coûte dans ce cas 21,46 euros (24 - 2,54). Intéressant ! Concrètement, mieux vaut donc mettre de côté 2146 euros par contrat émis pour le cas où il serait exercé.Si le cours reprend à nouveau la voie haussière, vous ne devez rien faire. La prime de 254 euros vous appartient définitivement. Si vous estimez que l'échéance de ce contrat est trop éloignée (mi-juin 2018), vous pouvez opter pour le put au prix d'exercice de 24,00, échéance 15 décembre de cette année. Ce contrat rapporte 156 euros. Malgré tout un confortable 6,5%.