Pour les investisseurs en actions, le bilan du premier semestre écoulé contraste nettement avec celui des six premiers mois de 2016. L'an dernier, la crise chinoise d'abord, et l'issue inattendue du référendum sur le Brexit ensuite, avaient fait plonger les Bourses dans le rouge. Des pertes que l'Europe n'est parvenue à récupérer qu'en fin d'année. Autrement dit, le second semestre fut nettement meilleur. Au dernier trimestre en effet, tous les signaux sont passés au vert lorsque Donald Trump a été élu président des États-Unis.
...