L'action Argenx se trouvait plutôt dans le camp des perdants depuis le 17 septembre, après que les premiers résultats, pourtant satisfaisants, de l'étude de phase II consacrée à la molécule ARGX-113 (l'efgartigimod) pour l'indication thrombocytopénie immune (PTI), une maladie du sang, ont suscité des réactions mitigées. Mais le 1er novembre, l'action a regagné d'un coup le terrain perdu dernièrement, après la prépublication de résultats interméd...

L'action Argenx se trouvait plutôt dans le camp des perdants depuis le 17 septembre, après que les premiers résultats, pourtant satisfaisants, de l'étude de phase II consacrée à la molécule ARGX-113 (l'efgartigimod) pour l'indication thrombocytopénie immune (PTI), une maladie du sang, ont suscité des réactions mitigées. Mais le 1er novembre, l'action a regagné d'un coup le terrain perdu dernièrement, après la prépublication de résultats intermédiaires de l'étude de phase I/II sur l'ARGX-110 (le cusatuzumab) pour la leucémie myéloïde chronique (LMC) et le lymphome cutané à cellules T (LCCT), deux cancers du sang. La publication officielle interviendra le 3 décembre, lors du prestigieux congrès annuel de la Société internationale d'hématologie (SIH). Comme l'entreprise l'avait annoncé précédemment, elle ne poursuivra pas ses recherches sur le LCCT. Mais elle a recueilli des données cruciales concernant la posologie pour le traitement de la LMC. En matière de sécurité, l'ARGX-110 a livré de très bons résultats également au cours d'une étude qui se poursuit (phase II). Des informations plus détaillées seront dévoilées le 3 décembre, mais il semble acquis qu'Argenx dispose, avec ce candidat médicament, d'un concurrent au traitement actuel (l'azacytidine). Le 3 décembre, nous aurons droit, en outre, aux résultats complets de l'étude de phase II portant sur le traitement de la PTI avec l'efgartigimod. Ils devraient dissiper tous les doutes suscités par le rapport intermédiaire publié en septembre. La direction de l'entreprise a déjà annoncé le lancement d'une étude de phase III pour cette indication au deuxième semestre de 2019; au premier semestre commencera une étude de phase II sur la même molécule, en vue de traiter la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique, une maladie des muscles.Au cours des six mois à venir, nous devrions en savoir plus sur l'ARGX-118 (nouvelle molécule) ainsi que sur l'étude de phase I portant sur l'ARGX-115 qu'AbbVie conduira probablement. Nous sommes heureux de constater que le marché découvre enfin le potentiel du cusatuzumab. Nous nous attendons à ce que les analystes ajustent leur modèle de valorisation après le 3 décembre. L'action reste digne d'achat (rating 1C).