L'attaque à l'aide de rançongiciels chez Picanol alimente la méfiance à l'égard des cryptomonnaies puisqu'en réclamant la rançon sous cette forme virtuelle, les pirates ont davantage de chances de rester anonymes. Ce qui n'empêche paradoxalement pas la Banque centrale européenne, entre autres, d'envisager de se doter d'une cryptomonnaie. Une chose est en tout cas certaine: l'essor spectaculaire des cryptomonnaies fut l'un des faits marquants de la dernière décennie. Quiconque a investi dans le bitcoin (la plus connue), par exemple, qui ne valait rien en 2...

L'attaque à l'aide de rançongiciels chez Picanol alimente la méfiance à l'égard des cryptomonnaies puisqu'en réclamant la rançon sous cette forme virtuelle, les pirates ont davantage de chances de rester anonymes. Ce qui n'empêche paradoxalement pas la Banque centrale européenne, entre autres, d'envisager de se doter d'une cryptomonnaie. Une chose est en tout cas certaine: l'essor spectaculaire des cryptomonnaies fut l'un des faits marquants de la dernière décennie. Quiconque a investi dans le bitcoin (la plus connue), par exemple, qui ne valait rien en 2010 (0,05 dollar au plus bas cette année-là), avait engrangé quelque 19.000 dollars en 2017/2018. Pour 1.000 dollars misés en 2010, l'investisseur est aujourd'hui à la tête d'une petite fortune (120 millions de dollars environ).Mais les cryptomonnaies sont très volatiles. La courbe 2015-2017 du bitcoin exprimé en dollar présente la forme parabolique typique d'une bulle. Le bitcoin a chuté de 85% sur l'année 2018; il s'est ensuite redressé pour flirter avec les 13.000 dollars à la mi-2019, avant de céder la moitié de sa valeur fin 2019. Cette tendance semble aujourd'hui vouloir s'inverser.En 2008, le développeur de logiciels Satoshi Nakamoto avait présenté le bitcoin comme une monnaie virtuelle décentralisée, totalement indépendante des Etats. Le bitcoin est loin d'être la seule monnaie virtuelle, mais il est la plus populaire de toutes. Selon le site spécialisé CoinMarketCap, il existe aujourd'hui plus d'un millier de cryptomonnaies, dont la valeur totale tourne autour de 200 milliards de dollars et le volume négocié moyen, de 3 milliards par jour. Le marché obligataire américain représente, lui, plus de 30.000 milliards de dollars.En 2017, nous annoncions que les cryptomonnaies pourraient chuter de 80 à 90% une fois la bulle percée. Nous rappelions qu'une crise de la tulipe avait sévi aux Pays-Bas au XVIIe siècle (la bulle avait explosé en 1637), en raison de l'écart vertigineux qui séparait la valeur réelle de la valeur marchande des fleurs. La messe est dite. Et pourtant... Pourtant, les millennials (génération née entre 1981 et 1996), plongés dès leur plus jeune âge dans la crise bancaire, se disent très méfiants à l'égard des banques traditionnelles; de la même façon que les générations précédentes avaient opté pour l'or, notamment, nombre d'entre eux sont ouverts à l'utilisation d'instruments d'investissement numériques différents. Les cryptomonnaies pourraient donc reprendre de la hauteur ces prochains mois, sur fond de nervosité accrue des marchés financiers. Nous garderons par conséquent un oeil sur le bitcoin et ses semblables. Certains trackers permettent d'investir en cryptomonnaies; ces outils sont bien entendu réservés à l'investisseur qui en a les moyens et que les risques ne rebutent pas.