L'ascension, depuis plus d'une décennie, du marché boursier américain, laisse rêveur. S'il n'est plus l'indice phare de Wall Street (le Standard & Poor's 500 lui a ravi ce statut), le Dow Jones reste probablement l'indice boursier le plus célèbre du monde. Cet indice "historique" est, à un peu plus de 2% près, en passe de franchir le cap des 30.000 points. Une fois passée cette barre, les 36.000 points nous apparaissent comme un objectif raisonnable dans les six à 12 mois qui viennent.
...

L'ascension, depuis plus d'une décennie, du marché boursier américain, laisse rêveur. S'il n'est plus l'indice phare de Wall Street (le Standard & Poor's 500 lui a ravi ce statut), le Dow Jones reste probablement l'indice boursier le plus célèbre du monde. Cet indice "historique" est, à un peu plus de 2% près, en passe de franchir le cap des 30.000 points. Une fois passée cette barre, les 36.000 points nous apparaissent comme un objectif raisonnable dans les six à 12 mois qui viennent. Dow 36.000: quiconque s'intéresse à la Bourse se souviendra de l'ouvrage, publié le 1er octobre 1999, du chroniqueur James Glassman et de l'économiste Kevin Hassett. Les auteurs affirmaient dans ses pages que les actions étaient sérieusement sous-valorisées et que l'indice Dow Jones atteindrait les 36.000 points au cours de la période 2002-2004. Les marchés boursiers étant en hausse depuis de nombreuses années déjà et le Dow Jones, par exemple, étant passé de 800 points en 1982 à plus de 10.000 points au moment de la parution du livre, le pronostic avait de quoi surprendre. Traduction, en tout état de cause, de cette prédiction audacieuse: les actions n'avaient pas besoin d'intégrer de prime de risque par rapport aux investissements "sûrs" que sont les obligations.En janvier 2000, le Dow Jones atteignait un sommet à 11.750 points, pour retomber à 7.250 points en octobre 2002 et (malgré une cime à 14.150 points en octobre 2007) autour des 6.500 points en mars 2009. Néanmoins sûrs d'eux, James Glassman et Kevin Hassett promirent de faire don de 1.000 dollars chacun à une organisation caritative si l'indice n'était pas arrivé à mi-chemin au moins entre 10.000 et 36.000 points, soit à plus de 23.000 points, en 2010. Il aura fallu attendre octobre 2017 pour qu'il franchisse ce cap pour la première fois. Sept ans avant cela, l'Armée du Salut actait une donation de deux fois 1.000 dollars.Si la nette hausse du marché boursier enregistrée ces 10 dernières années est un phénomène principalement américain, plusieurs indices européens majeurs sont eux aussi proches de leur sommet historique. Ainsi l'indice STOXX Europe 600, le plus représentatif, qui avait atteint, ou approché, les 400 points en 2000, 2007 et 2015, devrait-il s'établir à 500 points, voire plus, cette année.L'on aurait en revanche tort d'espérer que l'indice Euro Stoxx 50, plus populaire, atteigne sous peu un record historique. Son niveau le plus haut, à 5.465 points, remonte au mois de mars 2000: même après la vigoureuse ascension entamée au début de l'année 2019, l'écart est de plus de 40% encore. Pour l'heure, l'Euro Stoxx 50 nous semble davantage susceptible d'approcher le sommet de 4.550 points atteint à la mi-2007.Quant à l'indice Bel 20, son sommet historique, à un peu plus de 4.750 points, date du mois de mai 2007. Si ABInBev y met un peu du sien, cet objectif pourrait redevenir réalité cette année encore.