C'est du côté de l'offre que se situe le problème. L'Inde, le plus grand consommateur de sucre au monde, doit généralement en importer. Mais plusieurs récoltes successives abondantes dans le pays ont inversé la situation. Le pays devra exporter deux millions de tonnes de sucre cette année, et quatre à cinq millions l'an prochain. La Thaïlande également peut se targuer de récoltes record. Aussi l'an dernier la Commission européenne a-t-elle supprimé le...

C'est du côté de l'offre que se situe le problème. L'Inde, le plus grand consommateur de sucre au monde, doit généralement en importer. Mais plusieurs récoltes successives abondantes dans le pays ont inversé la situation. Le pays devra exporter deux millions de tonnes de sucre cette année, et quatre à cinq millions l'an prochain. La Thaïlande également peut se targuer de récoltes record. Aussi l'an dernier la Commission européenne a-t-elle supprimé les quotas de production de sucre. Dès lors, les récoltes sont appelées à augmenter cette année de plus d'un cinquième au sein de l'UE, qui exportera du sucre pour la première fois depuis longtemps. Le marché international est saupoudré de sucre à l'excès.Heureusement qu'en raison de la hausse importante du cours du pétrole, le plus grand producteur de sucre qu'est le Brésil en convertira cette année davantage en éthanol (biocarburant), dont l'essentiel est destiné à son marché domestique. Rabobank estime l'excédent d'offre à 7,6 millions de tonnes au cours de cette année de récoltes, alors que la prévision initiale était de 4,3 millions de tonnes. Cependant, nous sommes d'avis que le cours du sucre tient compte de nombre de mauvaises nouvelles. Par ailleurs, sur une période de plusieurs décennies, les planchers se situent à des niveaux de plus en plus hauts. A l'été 2015, le prix du sucre a atteint un plancher juste au-dessus de 10 centimes de dollar la livre. En octobre 2016, le cours a à nouveau plus que doublé, à près de 24 centimes de dollar la livre. Un redressement du prix pourrait tout aussi bien s'opérer dans quelques mois que s'amorcer dans quelques semaines si le nombre de positions courtes n'augmente plus. A partir du niveau de prix actuel, le risque de repli diminue progressivement.Le Sugar ETC émis par ETF Securities reflète l'évolution du cours du sucre via le Bloomberg Sugar Subindex. Alors que le tracker (ticker SUGA) s'échange dans plusieurs devises, son code ISIN est toujours identique (GB00B15KY658). La commission annuelle de gestion s'élève à 0,49%. Sur le New York Stock Exchange, l'on trouve également l'iPath Bloomberg Sugar Subindex (SGG) et le Teucrium Sugar ETF (CANE), qui facturent cependant plus cher la gestion, avec des frais annuels de respectivement 0,75% et 1%.