En 2011, le prix de la livre de coton avait atteint un sommet proche de 2,3 dollars avant de replonger sous 1 dollar. Il a ensuite poursuivi sa chute, atteignant 55 cent en mars 2016. Un redressement s'est alors amorcé vers 1 dollar au printemps 2018. Mais comme pour les céréales, le conflit commercial sino-américain est venu jouer les trouble-fête, empêchant les Etats-Unis d'écouler leur excédent à la Chine, dont les récoltes locales ne suffisent pas pour répondre aux...

En 2011, le prix de la livre de coton avait atteint un sommet proche de 2,3 dollars avant de replonger sous 1 dollar. Il a ensuite poursuivi sa chute, atteignant 55 cent en mars 2016. Un redressement s'est alors amorcé vers 1 dollar au printemps 2018. Mais comme pour les céréales, le conflit commercial sino-américain est venu jouer les trouble-fête, empêchant les Etats-Unis d'écouler leur excédent à la Chine, dont les récoltes locales ne suffisent pas pour répondre aux besoins. Les Chinois s'approvisionnent désormais surtout en Inde et au Brésil.Le prix du coton a donc reculé en mai à 0,65 dollarla livre, au plus bas depuis l'été 2016. Déjà refroidi par le conflit commercial entre Washington et Pékin, le marché a accueilli négativement le rapport mensuel WASDE du ministère américain de l'Agriculture (USDA), qui établit des projections sur l'évolution mondiale de l'offre et de la demande. Côté offre, l'Inde, la Chine, le Pakistan, les Etats-Unis, le Brésil et l'Australie sont les plus grands producteurs. Le coton étant surtout utilisé dans l'industrie textile, les trois pays asiatiques cités sont aussi les principaux consommateurs, comme le Vietnam et le Bangladesh. L'USDA anticipe cette année une hausse de la production aux Etats-Unis et en Inde et une baisse en Australie et au Brésil. La récolte chinoise devrait rester stable. Au niveau mondial, la surface cultivée de coton n'a jamais été aussi importante. En définitive, la production mondiale devrait atteindre, en 2019/2020, 125,5 millions de balles de coton (une balle correspond à 480 livres ou 217,7 kilos), soit son niveau le plus élevé. Mais parallèlement, la consommation mondiale devrait s'accroître de 2,6%, à 125,9 millions de balles.Les investisseurs peuvent miser de plusieurs façons sur une hausse du prix du coton. La plus directe consiste à investir dans des contrats à terme ayant le coton comme sous-jacent. Selon le choix du support (turbo ou tracker), l'investisseur peut y ajouter ou non un effet de levier. Commerzbank propose des turbos sur le coton, dont le stop-loss est situé entre 0,48 et 0,59 dollar. WisdomTree (ex-ETF Securities) propose une variante avec l'ETFS Cotton ETC, qui reflète l'évolution du prix du coton. Il s'échange sur la Bourse de Francfort (Xetra) sous le code ISIN DE000A0KRJW6 et le ticker 0D7E. Les frais de gestion annuels s'élèvent à 0,49%.