Les réunions préliminaires du G-20 furent particulièrement houleuses. Ministres des finances et gouverneurs de banque centrale ne sont pas parvenus à s'entendre. Tous se sont reproché notamment de n'entreprendre rien d'efficace pour relancer la conjoncture ou de se livrer à une guerre sur le marché des changes. Le Fonds monétaire international (FMI), flanqué de la Banque Mondiale, toujours présents lors de pareilles réunions pompeuses, ont martelé à qui les écoutait que les taux d'intérêt négatifs favorisaient, sinon la récession, tout au moins le déclin économique.
...