En théorie, une économie forte s'appuie sur une monnaie forte. Mais l'adage ne se vérifie pas pour la couronne norvégienne (NOK). Si l'économie norvégienne est extrêmement robuste, la monnaie ne cesse de se déprécier et évolue à son plus bas niveau depuis plus de 10 ans - et personne ne semble capable d'expliquer cette contre-performance. Certes, l'économie norvégienne est fort tributaire du pétrole, principale ...

En théorie, une économie forte s'appuie sur une monnaie forte. Mais l'adage ne se vérifie pas pour la couronne norvégienne (NOK). Si l'économie norvégienne est extrêmement robuste, la monnaie ne cesse de se déprécier et évolue à son plus bas niveau depuis plus de 10 ans - et personne ne semble capable d'expliquer cette contre-performance. Certes, l'économie norvégienne est fort tributaire du pétrole, principale exportation du pays. Mais l'or noir est relativement stable depuis quelque temps déjà. Les taux jouent également un rôle important dans l'évolution d'une monnaie; or, la banque centrale a récemment relevé son taux directeur pour la troisième fois cette année (à 1,50%), ce qui devrait soutenir la NOK.L'économie norvégienne se caractérise par des fondamentaux sains et stables. Les marchés tablent sur un nouveau relèvement du taux directeur à court terme. A 1,85%, l'inflation est proche de l'objectif de 2%. Les obligations souveraines norvégiennes sont notées AAA, reflétant l'excellente qualité des finances publiques: l'Etat affiche un excédent budgétaire depuis des années et a constitué un fonds de réserve de près de 9.000 milliards NOK.La perspective de nouveaux relèvements des taux ainsi qu'une dissipation des incertitudes générales et une hausse du cours du pétrole pourraient entraîner un revirement de tendance rapide. La NOK constitue en effet une bonne source de diversification pour de nombreux portefeuilles d'investissement. Les taux proposés sont plus élevés que dans les pays de la zone euro et la Norvège combine d'importantes réserves monétaires à un endettement réduit. A nos yeux, la NOK est sous-valorisée - n'oublions pas qu'il y a six ans, elle valait 0,137 EUR. Nous estimons dès lors que la devise présente un substantiel potentiel haussier pour 2020.