La couronne norvégienne a perdu plus de 8% de sa valeur face à l'euro depuis le début de l'année. Le cours du pétrole, dont l'économie du pays est si dépendante, est pourtant en hausse depuis juillet. La faiblesse de la devise s'explique donc en grande partie par la vigueur de l'euro. La Norges Bank, la banque centrale norvégienne, maintient son taux directeur à 0,5% et ne prévoit pas de procéder au moindre relèvement avant 2019.
...

La couronne norvégienne a perdu plus de 8% de sa valeur face à l'euro depuis le début de l'année. Le cours du pétrole, dont l'économie du pays est si dépendante, est pourtant en hausse depuis juillet. La faiblesse de la devise s'explique donc en grande partie par la vigueur de l'euro. La Norges Bank, la banque centrale norvégienne, maintient son taux directeur à 0,5% et ne prévoit pas de procéder au moindre relèvement avant 2019. La devise a atteint un plancher historique. Il faut aujourd'hui débourser 9,85 couronnes pour un euro, contre 9 seulement il y a un an. L'économie s'est pourtant bien comportée cette année. Les ménages ont continué à dépenser, le chômage est faible, la fiscalité a été allégée et les crédits ne sont guère chers - d'où la surchauffe du marché immobilier, qui reste un véritable motif de préoccupation. L'on note cependant un certain ralentissement depuis quelques mois. D'après la Norges Bank, le taux à court terme s'élèvera à 0,4% fin 2018. Le premier relèvement ne pourra pas intervenir avant 2019. L'inflation a récemment encore baissé (1,14%) et le marché immobilier semble ralentir. Tout cela laisse même davantage de place à de nouvelles compressions de taux. La Norvège a vécu 15 années de croissance vigoureuse, au cours desquelles le produit intérieur brut (PIB) s'est accru de 5% l'an en moyenne. Cette époque semble cependant révolue. Le gouvernement table sur une croissance de 1,60% pour cette année et de 2,40% en 2018 (ces prévisions se fondent sur la nette accélération de la croissance, ces derniers trimestres). Pour l'économie du pays, la faiblesse de la monnaie est un avantage. La dette publique est négligeable (35,6% à peine du PIB, à quoi s'ajoute un excédent constant de la balance courante). Les fondamentaux sont solides et le pays est noté AAA. Les finances publiques sont donc saines et le fonds de réserve, d'environ 862 milliards d'euros, permet à l'Etat de voir venir. La couronne se déprécie presque sans interruption depuis août 2012. La plupart des analystes misent encore sur une légère baisse au cours des prochains mois - la Norges Bank ne semble en effet pas avoir l'intention de soutenir sa monnaie, une couronne moins chère favorisant les exportations. Le cours de la couronne par rapport à l'euro pourrait ainsi tomber à 0,100, contre 0,1065 actuellement. Il s'agirait d'un nouveau plancher historique, inférieur à celui de décembre 2008 (0,1028).