Jusqu'à l'an dernier, le cannabis n'était pas représenté en Bourse. Mais la donne a changé ces derniers mois, et il s'agit d'un marché dont le potentiel de croissance est stupéfiant, ce qui n'a pas échappé aux investisseurs. Notre rédaction a dès lors souvent été interrogée sur les manières de miser sur ce thème (controversé), que, nous le concédons, nous ne maîtrisions pas. Pour pouvoir vous conseiller au mieux, nous avons rencontré Bruce Linton, le CEO de Canopy Growth, le plus grand acteur coté en Bourse dans ce secteur, et l'analyste Nikolaas Faes, qui a rédigé pour la société de Bourse Bryan, Garnier&Co un rapport sur l'industrie du cannabis.
...

Jusqu'à l'an dernier, le cannabis n'était pas représenté en Bourse. Mais la donne a changé ces derniers mois, et il s'agit d'un marché dont le potentiel de croissance est stupéfiant, ce qui n'a pas échappé aux investisseurs. Notre rédaction a dès lors souvent été interrogée sur les manières de miser sur ce thème (controversé), que, nous le concédons, nous ne maîtrisions pas. Pour pouvoir vous conseiller au mieux, nous avons rencontré Bruce Linton, le CEO de Canopy Growth, le plus grand acteur coté en Bourse dans ce secteur, et l'analyste Nikolaas Faes, qui a rédigé pour la société de Bourse Bryan, Garnier&Co un rapport sur l'industrie du cannabis. Cannabis est la dénomination latine du chanvre. Il est dérivé de la plante Cannabis Sativa. Les sommités de la fleur femelle sont séchées et effritées pour obtenir ce qu'on appelle la marijuana ou beuh (verlan du mot " herbe "). Si l'on comprime la résine de la plante en blocs ou plaquettes, on obtient du haschisch (que l'on appelle également " shit "). Le cannabis est généralement mélangé avec du tabac, puis roulé en cigarette, dénommée " joint ". Qui fume un joint en ressent l'effet après quelques minutes seulement. Un plant de cannabis contient 500 matières chimiques, mais le composant le plus important est le tétrahydrocannabinol, en abrégé THC. L'on trouve encore 85 autres cannabinoïdes dans le cannabis, et c'est le rapport entre le THC et plusieurs autres agents actifs qui détermine l'effet obtenu. Une grande quantité de THC combinée à peu d'autres cannabinoïdes accroît l'effet du produit. Les Nations unies ont estimé à 294 millions le nombre de consommateurs de drogues dans le monde en 2015, dont 183 millions ou 62% de consommateurs de cannabis. Cela représente 3,8% de la population mondiale, contre 3,4% autour de l'année 2000. Selon la même source, 22% des consommateurs de cannabis habitent en Amérique du Nord, 16% en Europe. Si le marché mondial du cannabis est estimé à 177 milliards de dollars, le circuit légal ne pèse aujourd'hui que 12 milliards de dollars. Ces rapports pourraient cependant être bouleversés au cours des années à venir. Le cannabis est une drogue illégale dans la plupart des pays du monde. La possession et/ou la consommation sont toujours passibles de sanctions. Mais un nombre croissant de pays établissent une distinction entre les " drogues douces " (cannabis) et les " drogues dures " (cocaïne, héroïne...). Car il est de plus en plus question de légaliser l'une ou l'autre forme de la consommation de cannabis ces dernières années. En 2014, à peine cinq pays dans le monde autorisaient l'usage du cannabis d'une manière ou d'une autre. Il s'agissait du Canada, d'Israël, de la Tchéquie, de l'Uruguay et bien entendu, de nos voisins néerlandais. A peine trois ans plus tard, ils sont 25: l'Argentine, l'Australie, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Danemark, l'Allemagne, l'Italie, la Jamaïque, la Croatie, la Macédoine, le Mexique, l'Autriche, la Pologne, Porto Rico, la Roumanie, la Slovénie, la Turquie, l'Afrique du Sud et la Suisse ont eux aussi légalisé le cannabis d'une manière ou d'une autre. Le 19janvier dernier, le Parlement allemand a voté une loi qui autorise l'usage thérapeutique du cannabis. Aux Etats-Unis, le cannabis est toujours interdit au niveau fédéral, mais neuf Etats autorisent l'usage récréatif et vingt autres la consommation pour raisons médicales. Il est ressorti d'un sondage à l'échelle nationale que 64% des Américains sont partisans de la légalisation du cannabis, alors qu'ils n'étaient encore que 25% il y a 20 ans. Les spécialistes s'accordent à dire que la tendance à la légalisation devrait se poursuivre au cours des années à venir, et que le cannabis pourrait être totalement légalisé en Amérique du Nord, dans une majorité de pays européens, en Amérique latine et en Océanie dans dix ans. Pour l'Asie et l'Afrique, ce serait encore trop tôt. Mais selon le rapport de Bryan, Garnier&Co, le marché du cannabis légalisé pourra ainsi passer de 12 milliards de dollars en 2017 à 140 milliards de dollars en 2027, pour un marché total de 260 milliards de dollars (y compris le " marché noir ").Dans la plupart des pays, l'autorisation ne porte que sur l'usage thérapeutique du cannabis. De nombreuses études démontrent en effet qu'un certain nombre d'agents chimiques/de cannabinoïdes ont une action curative. Ils sont par exemple utiles dans la lutte contre la douleur, le contrôle des spasmes musculaires... Des recherches sont également en cours concernant leur potentiel effet bénéfique sur le cancer, la sclérose en plaques, les diabètes... Le cannabis pourrait par ailleurs constituer une menace pour l'industrie de l'alcool. Plusieurs producteurs de cannabis travaillent en effet sur les premières boissons à base de chanvre. Celles-ci auraient le même effet que l'alcool, sans certains de ses inconvénients tels que la gueule de bois du lendemain, les effets secondaires en cas de prise combinée avec des médicaments et les calories. Et ce n'est pas une fiction pour l'industrie des boissons, comme en atteste le contrat conclu par Constellation Brands avec Canopy Growth, dont elle est devenue le plus grand actionnaire avec une participation de 9,9%. Le facteur crucial dans l'apparition du cannabis parmi les " thèmes d'investissement " est la décision du gouvernement canadien d'autoriser aussi l'usage récréatif du cannabis et d'en organiser la vente dans des boutiques agréées - afin qu'il génère des recettes fiscales, à l'instar de l'alcool et du tabac - à partir de juillet de cette année. Le Canada a déjà légalisé l'usage thérapeutique du cannabis en 2001. Cela explique pourquoi le paysage d'investissement du cannabis est largement dominé par des entreprises canadiennes. Nous pouvons distinguer trois catégories d'entreprises qui misent sur une légalisation du marché du cannabis. 1. Les producteurs globaux de cannabis: le leader sur ce marché est Canopy Growth, mais l'on peut également citer Aurora Cannabis, Aphria et MedReleaf.2. Les entreprises biopharmaceutiques/biotechnologiques: elles développent des produits thérapeutiques à base de cannabinoïdes. Le plus grand acteur (valorisation de 2,3 milliards de dollars) dans ce segment est GW Pharmaceuticals. Citons en outre, parmi d'autres, Arena Pharmaceuticals, Insys Therapeutics, Medical Marijuana.3. Les sous-traitants: parmi les entreprises spécialisées dans les emballages, les serres, les engrais, etc., dédiés notamment à la culture du cannabis, citons Scotts Miracle-Gro, le leader incontesté du segment.