Les économies européennes sombrent lentement en récession et ceci avant même que les sanctions russes ne les frappent. Tous les pays membres de l'Union régressent, obligeant les économistes à revoir leurs prévisions. La croissance de l'Union ne fera plus 0,2% mais moitié moins que prévu, 0,1%. Heureusement que le ridicule ne tue pas. Il est clair que la politique suivie ne porte pas les fruits voulus. Pourtant, le Japon nous l'avait démontré dès les années 1990. Ce pays se trouvait dans une situation similaire à la nôtre aujourd'hui : croissance en berne, endettement croissant et une épargne très soutenue. Les plans d'austérité, puis l'expansion monétaire frénétique, n'ont rien changé à la donne.
...