Ces cinq dernières années, le prix de l'or a à quatre reprises atteint son plancher annuel en décembre. Il n'est tombé plus tôt à son plus bas qu'une seule fois - en octobre 2014, c'est-à-dire au cours d'un dernier trimestre également. Il existe pour 2015, 2016 et 2017, une explication logique à ce phénomène: la Federal Reserve avait décidé, lors de la dernière réunion de chacune de ces années-là (en décembre, précisément), de procéder à un relèvement de taux de 25 points de base. L'or, qui n'est pas générateur d'intérêts, a toujours été affecté par les relèvements ...

Ces cinq dernières années, le prix de l'or a à quatre reprises atteint son plancher annuel en décembre. Il n'est tombé plus tôt à son plus bas qu'une seule fois - en octobre 2014, c'est-à-dire au cours d'un dernier trimestre également. Il existe pour 2015, 2016 et 2017, une explication logique à ce phénomène: la Federal Reserve avait décidé, lors de la dernière réunion de chacune de ces années-là (en décembre, précisément), de procéder à un relèvement de taux de 25 points de base. L'or, qui n'est pas générateur d'intérêts, a toujours été affecté par les relèvements opérés par la Banque centrale américaine. Les taux longs restent par ailleurs bas, surtout par rapport à l'inflation; celle-ci évoluant à la hausse, les taux réels demeurent négatifs, ce qui est excellent pour le métal jaune.L'or n'a, depuis 2011, pas été favorisé par la politique extrêmement accommodante des Banques centrales (le fameux quantitative easing - QE). Ces rachats massifs d'obligations furent en revanche bénéfiques aux autres actifs comme les actions, les obligations, l'immobilier, l'art, les ancêtres, etc. Mais cette stratégie est aujourd'hui à un point d'inflexion, puisque les Banques centrales vont dès cette année cesser de racheter des obligations nettes. S'ouvre donc désormais une ère de quantitative tightening (QT), ce qui signifie que les banques vont laisser courir les emprunts, sans en racheter de nouveaux.Le fait que le cours de l'or en dollar atteigne son plancher au moment même du premier relèvement de taux aux Etats-Unis ne saurait être le fait du hasard. Une percée du métal jaune cette année ne nous surprendrait guère. Il en sera question si l'or dépasse les sommets de 1375 et 1400 dollars l'once troy (31,1 grammes) atteints respectivement en 2013 et en 2016: nous aurions alors la confirmation définitive que son cours opère lui aussi un revirement depuis la fin de 2015 - le début de 2016.Le changement de politique monétaire devrait logiquement donner lieu à une augmentation des taux, et compromettre par conséquent des années de hausse des actions, des obligations, de l'immobilier, etc. Les investisseurs vont donc se mettre en quête de solutions de rechange, que l'or nous semble parfaitement pouvoir incarner. Ils ne jetteront pas leur dévolu sur les cryptomonnaies, comme le bitcoin, qui restent de l'or "virtuel". A autre paysage (monétaire), autres (actifs financiers) gagnants.Nous nous estimons donc toujours au début d'un cycle haussier de l'or (et de l'argent), appelé à s'étaler sur plusieurs années. Vous pouvez commencer par acheter de l'or physique, ou le tracker SPDR Gold Shares (ticker: GLD), également en portefeuille. Cette position peut être complétée par un tracker sur les actions minières, comme le VanEck Vectors Goldminers (ticker: GDX). Mais considérez toujours ceci comme un investissement d'une certaine durée .