Il faut croire que la situation en Occident est réellement déplorable pour qu'il se permette d'affronter la Russie de front. Les marchés ne peuvent négliger cet aspect. Ce n'est pas encore la panique. Néanmoins, le vocabulaire belliqueux de l'Ouest empêche de trouver des solutions plus adéquates. Ce qui, à la longue, consolidera la position russe par rapport à l'Occident. Pour l'instant, cette évolution ne se discerne pas encore. Tout simplement parce que la Russie se tient coite.
...