C'est presque devenu une tradition: or et argent démarrent l'exercice sur les chapeaux de roue, pour fléchir et perdre tous leurs bénéfices à partir de février/mars. L'année 2019 n'échappe pas à la règle; le prix de l'or s'était hissé de 1.280 dollars l'once troy à près de 1.350 dollars fin février, avant de retrouver son cours initial en dollar fin avril. Si son rendement en euro est légèrement positif (+3,5%), c'est grâce à l'appréciation du billet vert. L'argent a fai...

C'est presque devenu une tradition: or et argent démarrent l'exercice sur les chapeaux de roue, pour fléchir et perdre tous leurs bénéfices à partir de février/mars. L'année 2019 n'échappe pas à la règle; le prix de l'or s'était hissé de 1.280 dollars l'once troy à près de 1.350 dollars fin février, avant de retrouver son cours initial en dollar fin avril. Si son rendement en euro est légèrement positif (+3,5%), c'est grâce à l'appréciation du billet vert. L'argent a fait pire encore, puisque son cours a de nouveau plongé sous les 15 dollars le mois dernier. Il affiche 4% de moins (en dollar) qu'au début de 2019.Le ratio or/argent est dès lors remonté de 82 en début d'année à plus de 87, soit au-delà du sommet de décembre 2018. A titre de comparaison: au plus fort de la crise financière de 2008/2009, il s'établissait à 83,5! Il fut plus élevé encore en 1991, en pleine guerre du Golfe (à l'époque, il avait même brièvement passé la barre des 100). La moyenne de la décennie écoulée est de 66,2 mais le ratio des quatre dernières années est nettement supérieur - la moyenne de 82 sur les 12 derniers mois est d'ailleurs un record.Historiquement, la normalisation du ratio va de pair avec une hausse du cours de l'or - et une progression plus marquée encore de celui de l'argent. Plusieurs facteurs fondamentaux expliquent ce phénomène. Pour la demande industrielle, le prix de l'argent importe peu car la part de ce métal dans le coût total de la plupart des applications (électroniques) est négligeable: une augmentation de prix n'engendre donc pas d'emblée une baisse de la demande. Ce n'est pas davantage le cas pour la demande au titre d'investissement - des prix en hausse attirent même davantage d'investisseurs. Malgré la faiblesse des cours, le sentiment des investisseurs à l'égard des deux métaux est actuellement très négatif.Le ratio or/argent se normalisera, certes, mais quand? L'argent est bon marché face à l'or, mais pas seulement. Le rapport entre l'argent et l'indice S&P 500 n'avait plus été aussi faible depuis 15 ans. Nous restons positifs pour l'or également. Les banques centrales en ont acheté 650 tonnes l'an dernier, soit la quantité la plus élevée depuis 1971 et la fin de la convertibilité du dollar en or. L'accroissement de la part d'or dans les réserves de devises indique que les banques centrales anticipent une hausse du cours.