En 2013, les marchés boursiers se sont nourris de l'argent des épargnants et autres investisseurs obligataires insatisfaits. Ce qui explique d'ailleurs que l'année ait été aussi bonne malgré une évolution manifestement décevante des bénéfices opérationnels et l'assouplissement quantitatif, qui a atteint une ampleur sans précédents. Car contre toute attente, la Réserve fédérale a finalement annoncé cette semaine le lancement de son processus de " tapering ".
...