A peine l'année fut-elle entamée que l'on annonçait deux offres de rachat sur des entreprises biotechnologiques belges cotées en Bourse: TiGenix (l'offre de Takeda Pharmaceuticals constitue une prime de 82% par rapport au dernier cours) et Ablynx (l'offre de Novo Nordisk constitue une prime de 44%). Nous fûmes donc bien inspirés, il y a un peu moins de deux ans, de diversifier davantage nos investissements à long terme dans ce secteur au potentiel énorme, dans notre portefeuille type.
...

A peine l'année fut-elle entamée que l'on annonçait deux offres de rachat sur des entreprises biotechnologiques belges cotées en Bourse: TiGenix (l'offre de Takeda Pharmaceuticals constitue une prime de 82% par rapport au dernier cours) et Ablynx (l'offre de Novo Nordisk constitue une prime de 44%). Nous fûmes donc bien inspirés, il y a un peu moins de deux ans, de diversifier davantage nos investissements à long terme dans ce secteur au potentiel énorme, dans notre portefeuille type. A l'automne 2017, en quête de nouvelles " Galapagos ", nous avions ajouté une sixième valeur dans notre panier biotech, ThromboGenics. Car nous espérons voir au moins deux entreprises connaître une véritable success story à l'horizon 2025.Les actions de biotech belges sont très faiblement valorisées - ce dont nous tentons de profiter -, notamment parce que les investisseurs (particuliers) belges, influencés aussi par le sentiment souvent négatif/la prudence/le scepticisme des journalistes et analystes nationaux à l'égard de celles-ci, ne semblent toujours pas avoir digéré les échecs concernant la commercialisation de ChondroCelect (TiGenix) et de Jetrea (ThromboGenics). Beaucoup ne se focalisent que sur le risque élevé propre au secteur, et en oublient non seulement le potentiel à l'avenant de ces actions, mais aussi que sur la scène mondiale, notre pays se situe parmi les leaders.Pourtant, l'année 2017 a livré de très bonnes nouvelles dans le secteur. Ablynx et Argen-x ont enregistré d'excellentes performances, avec une envolée de cours de respectivement 92% et 229%, alors que celui de Mithra Pharmaceuticals a progressé de 13%. Le cours de Bone Therapeutics est resté stable, tandis que celui de ThromboGenics a perdu 12% par rapport à notre cours d'achat. Seule MDxHealth a réellement déçu, son cours ayant corrigé de 33%. Quant à ce début d'année, il est déjà extrêmement bon. Lorsque les entreprises biotech n'ont pas encore de produit sur le marché, leurs cours évoluent principalement au gré des informations qu'elles publient quant au pipeline, aux collaborations nouvelles ou en cours, aux financements et aux acquisitions. Analysons les principales nouvelles que nous attendons de pied ferme de la part de six biotech (belges) cette année. L'annonce, début octobre, de résultats d'étude de phaseIII convaincants avec Caplacizumab (médicament contre les maladies du sang) a ouvert la voie à l'obtention de l'approbation par l'agence européenne des médicaments (EMA), qui devrait être donnée au troisième trimestre. Celle de son pendant américain (FDA) suivra sans doute début 2019. En outre, nous connaîtrons, en mars ou avril, les résultats de la phaseIIb avec Vobarilizumab (contre le lupus), et nous saurons si AbbVie le prend en licence. Les analystes n'accordent plus aucune valeur à ce candidat médicament depuis qu'AbbVie y avait renoncé en 2016. A notre avis, seuls des résultats d'essais cliniques positifs pourront faire grimper le cours de l'action. Au deuxième semestre suivront les résultats cruciaux de l'étude de phaseIIb avec ALX-0171 (contre le VRS). Ensuite commenceront les premières études cliniques en collaboration avec Merck dans le domaine de l'immunologie du cancer. En outre, nous avons hâte de savoir si l'offre de rachat qu'a soumise Novo Nordisk aboutira, et si l'offensive danoise incitera d'autres partenaires (Merck, AbbVie, Sanofi, Novartis?) à faire une contre-offre.En décembre, l'entreprise avait publié d'excellents résultats de phaseII concernant le médicament auto-immun ARGX-113 indiqué contre la myasthénie grave (une maladie musculaire). Nous attendons au deuxième semestre les résultats de phaseII avec cette molécule pour d'autres indications, le PTI (une maladie du sang) et le pemphigus vulgaire (une maladie de la peau). L'on peut s'attendre au lancement d'une première étude de phaseIII cette année. Au deuxième semestre, les résultats de phaseII avec ARGX-110 (contre le cancer) seront également dévoilés. AbbVie se prononcera sans doute cette année sur sa prise en licence d'ARGX-115. Nous attendons par ailleurs des nouvelles des partenariats en cours et espérons l'annonce d'au moins un nouveau candidat médicament. Nous escomptons au cours des mois à venir l'annonce que l'entreprise a trouvé des capitaux supplémentaires, indispensables. L'incertitude persiste à cet égard, Bone n'ayant pas pu boucler l'augmentation de capital prévue en décembre après que Cellthera, le partenaire russe qui devait participer au financement de l'opération, lui a fait faux bond au dernier moment. Au troisième trimestre suivront les résultats intermédiaires cruciaux de l'étude de phaseIII avec PREOB contre l'ostéonécrose de la hanche. Une étude de phaseIIb avec ALLOB pour traiter les fractures avec retard de consolidation commencera fin 2018. Le spécialiste du diagnostic moléculaire devra pouvoir démontrer cette année que le doublement, l'été dernier, des effectifs commerciaux aux Etats-Unis se traduira par une forte hausse du chiffre d'affaires en 2018, et si possible par des cash-flows positifs en 2019. La commercialisation autonome de tests urologiques de dépistage du cancer innovants sur un marché aussi complexe que le marché américain s'avère être un véritable tour de force. D'autant plus que l'entreprise souffre d'un déficit de trésorerie chronique. La récente chute de son cours après un double abaissement de l'objectif de chiffre d'affaires et la possibilité qu'une nouvelle opération de financement s'impose, éventuellement par la voie d'une émission de nouvelles actions, font de MDxHealth une proie attrayante. Mithra est probablement l'entreprise dont le titre présente le potentiel haussier le plus élevé cette année. Beaucoup dépendra des résultats de l'étude de phaseII avec Donesta (contre les bouffées de chaleur propres à la ménopause), attendus en mars ou avril. Au troisième trimestre, nous aurons droit aux résultats du volet européen de l'étude de phaseIII sur la pilule contraceptive Estelle. Des résultats positifs pour au moins une des deux études ouvriraient la voie à des partenariats attrayants pour les marchés cruciaux que sont l'Europe et les Etats-Unis, avec à la clé une hausse du cours de l'action (peut-être considérable). Vu l'arrêt, en décembre, des recherches cliniques sur l'ocriplasmine (THR-409), nous attendons le mois de mars avec une impatience non dissimulée pour connaître les résultats de l'étude de phaseII menée avec THR-317 (contre le facteur de croissance placentaire). En outre, une première étude clinique avec THR-149 commencera au premier semestre; avec THR-687, ce sera cet été. Enfin, le pipeline pourrait encore être étoffé d'une ou de plusieurs molécules, que Thrombo développerait seule et/ou qu'elle prendrait en licence.