Contrairement aux amateurs d'actions, les investisseurs en matières premières ont peu de raisons de se réjouir. Ils ne vous a sans doute pas échappé que le Bloomberg Commodity Index, qui reflète l'évolution du cours de 22 matières premières, était retombé le mois dernier à son plus bas niveau depuis 12 ans. Et les endroits où se réfugier au sein de la pourtant grande famille des matières premières étaient rares. L'évolution des marchés de l'énergie est suffisamment connue. Le pétrole brut a perdu la moitié de sa valeur en moins de six mois et entraîné d'autres produits apparentés - comme le charbon et le gaz naturel - dans sa chute.
...

Contrairement aux amateurs d'actions, les investisseurs en matières premières ont peu de raisons de se réjouir. Ils ne vous a sans doute pas échappé que le Bloomberg Commodity Index, qui reflète l'évolution du cours de 22 matières premières, était retombé le mois dernier à son plus bas niveau depuis 12 ans. Et les endroits où se réfugier au sein de la pourtant grande famille des matières premières étaient rares. L'évolution des marchés de l'énergie est suffisamment connue. Le pétrole brut a perdu la moitié de sa valeur en moins de six mois et entraîné d'autres produits apparentés - comme le charbon et le gaz naturel - dans sa chute.La situation était tout aussi défavorable pour les métaux précieux. L'argent a perdu deux tiers de sa valeur depuis le pic de 2011, alors que l'or affiche toujours un recul de près de 40%. Nous avons évoqué les métaux de base récemment, tout comme leur impact sur des marchés qui leur sont liés tels le minerai de fer et l'acier. Dans cet article, nous nous intéressons à la situation d'une série de matières premières agricoles. S'il était possible de distinguer un vainqueur parmi les matières premières, il proviendrait sans doute de cette catégorie sur laquelle l'impact des capitaux spéculatifs est traditionnellement plus réduit et où des facteurs d'incertitude comme les conditions climatologiques peuvent bousculer l'équilibre entre l'offre et la demande.L'assortiment de produits à levier ayant des matières premières agricoles comme valeur sous-jacente a fondu comme neige au soleil ces dernières années. Ceci ne constitue cependant pas un problème pour les investisseurs, car il subsiste suffisamment de trackers qui reflètent l'évolution du prix des contrats à terme ou investissent dans des actions liées aux matières premières. Comme dans les métaux de base, il est également possible d'investir simultanément dans plusieurs matières agricoles à l'aide d'un seul et même produit. On obtient ainsi un investissement diversifié en ne payant qu'une seule fois les frais de gestion. Il s'agit du PowerShares DB Agriculture ETF qui est coté depuis janvier 2007 sur le NYSE Arca (ticker : DBA). PowerShares DB Agriculture FundTicker: DBABourse: NYSE ArcaEmission : janvier 2007Prestation depuis le 01/01/2015: -8%Rendement sur 12 mois: -16,4%Rendement sur 3 ans: -22,4%Volume journalier moyen: 449000Actif sous gestion: 843,6 millions USDFrais annuels de gestion: 0,85%DBA est émis par le spécialiste des ETF Invesco et appartient à la grande famille des produits PowerShares. Le tracker suit l'évolution du DBIQ Diversified Agriculture Index. Celui-ci se compose de contrats à terme sur 11 matières premières agricoles, chacune assortie d'une pondération différente. Les pondérations initiales sont rétablies en novembre de chaque année, mais elles peuvent bien entendu (considérablement) varier dans l'intervalle. Les frais annuels de gestion sont plutôt élevés : 0,85%. Ceux qui investissent directement ou, comme dans ce cas, indirectement dans des contrats à terme doivent également tenir compte des frais qui accompagnent le roulement des positions à l'approche de l'échéance.Composition de l'indice à la clôture du 27 février :Contrat à terme maïs décembre 2015 (13,76%)Contrat à terme soja novembre 2015 (13,5%)Contrat à terme boeuf avril 2015 (12,39%)Contrat à terme cacao mai 2015 (11,63%)Contrat à terme sucre juin 2015 (11,77%)Contrat à terme café mai 2015 (9,04%)Contrat à terme porc avril 205 (6,72%)Contrat à terme blé juillet 2015 (New York)(6,53%)Contrat à terme blé juillet 2015 (Kansas)(6,47%)Contrat à terme bovins d'engraissement mai 2015 (3,98%)Contrat à terme coton mai 2015 (3,21%)Céréales bien représentéesAvec le maïs, le soja et deux variétés de blé, les céréales sont très bien représentées avec une part d'un peu plus de 40% de l'indice total. Les trois principales variétés de céréales sont toutes confrontées à une surproduction plus ou moins marquée et à des réserves élevées. Le redressement du cours consécutif aux tensions géopolitiques de l'an dernier n'a pas fait long feu. Et rien ne laisse présager une évolution à court terme. L'International Grains Council (IGC) a annoncé la semaine dernière que la production combinée de céréales atteindrait un nouveau record cette année. La baisse de la production au Canada, en Australie et dans certaines régions d'Afrique est largement compensée par l'augmentation des récoltes aux Etats-Unis, en Europe et dans l'ancienne Union soviétique. L'IGC prévoit aussi une poursuite de l'augmentation de la consommation de céréales, mais elle ne suffira pas à entraîner une baisse des réserves. L'institut table même sur un nouvel accroissement des réserves à leur plus haut niveau depuis trois décennies.Le bétail représente près d'un quart de l'indice. Le prix de la viande a beaucoup augmenté entre l'été 2013 et la fin de l'an dernier, surtout aux Etats-Unis. Simultanément, le coût des aliments pour bétail a beaucoup reculé en raison de la baisse des cours des céréales. En combinaison avec l'augmentation du prix de vente de la viande, c'est un excellent incitant à un accroissement des cheptels, qui est d'ailleurs en train de se produire. Le marché anticipe le phénomène depuis l'automne dernier, ce qui a entraîné des baisses des cours. Du côté des soft commodities, on remarquera le poids relativement élevé du cacao, l'une des rares matières premières dont le prix a augmenté l'an dernier. Le café s'est également montré performant, alors que le sucre et surtout le coton ont déçu.DBA est un tracker intéressant pour ceux qui recherchent un investissement diversifié dans un panier de matières premières agricoles. Les investisseurs qui préfèrent parier sur une matière première individuelle ou plusieurs ont intérêt à se tourner vers les trackers spécialisés.DBA constitue un investissement diversifié dans un panier de matières premières agricoles