Le prix de la livre d'uranium fluctue depuis plus d'un an entre 20 et 25 dollars. En d'autres termes, produire ce carburant nucléaire coûte actuellement plus cher que l'acheter sur le marché. Cette situation s'explique par la suffisance des réserves. Plusieurs entreprises ont d'ores et déjà ralenti, voire interrompu, leur production; parallèlement, la demande est en hausse. Comme il est impossible de prévoir le moment où le marché s'infléchira, l'investisseur peut d...

Le prix de la livre d'uranium fluctue depuis plus d'un an entre 20 et 25 dollars. En d'autres termes, produire ce carburant nucléaire coûte actuellement plus cher que l'acheter sur le marché. Cette situation s'explique par la suffisance des réserves. Plusieurs entreprises ont d'ores et déjà ralenti, voire interrompu, leur production; parallèlement, la demande est en hausse. Comme il est impossible de prévoir le moment où le marché s'infléchira, l'investisseur peut difficilement miser sur un redressement du cours au travers d'actions; une autre solution est cependant disponible depuis peu.Les banques d'investissement qui constituent le groupement Bacchus Capital Advisors ont récemment fondé Yellow Cake, du nom industriel de l'uranium. A l'instar du canadien Uranium Participation Corp., la jeune entreprise britannique achète de l'uranium physique, qu'elle stocke dans l'intention de le revendre une fois que son cours aura augmenté. Les fondateurs de Yellow Cake jugent l'uranium absurdement bon marché actuellement; non moins de 75% des producteurs seront déficitaires cette année, ce qui n'est pas tenable.Yellow Cake a conclu avec KazAtomProm, détenue par le gouvernement kazakh, un contrat d'achat de 8,1 millions de livres d'uranium, ce qui correspond à 5% environ de la production mondiale. Elle espère de la sorte comprimer plus rapidement encore le marché physique et forcer une hausse des prix. Mais pour cela, il faut de l'argent.Yellow Cake s'échange depuis le 5 juillet sur le segment AIM du London Stock Exchange. L'entreprise a écoulé 76,2 millions de titres au prix unitaire de 200 pence, soit une capitalisation boursière de 152,4 millions de livres sterling (200 millions de dollars environ). Le canadien Uranium Royalty Corp. a acquis pour 25 millions de dollars d'actions. Les deux entreprises vont par ailleurs entamer une collaboration. Yellow Cake se fait fort d'avoir des coûts de stockage inférieurs à ceux d'Uranium Participation Corp. Elle s'est engagée à acheter à KazAtomProm jusqu'à 100 millions de dollars par an d'uranium au cours des neuf prochaines années, un accord qui se révélerait avantageux en cas de pénurie. Yellow Cake intéressera l'investisseur qui souhaite miser sur l'évolution de l'uranium directement. Un quart des actions KazAtomProm seront cotées en Bourse à partir du second semestre de 2018.