Cette fois, c'est le Fonds monétaire international (FMI) qui s'est montré irrité. Ses membres ont quitté la table des négociations, considérant que tout ce que le gouvernement grec propose ne rime à rien tant qu'il ne remplit pas les exigences du Fonds. Les Grecs n'ont donc pas le moindre choix.
...