Intel figure notamment sur la liste des actions favorites pour 2014 de Barron's, la revue boursière américaine qui fait autorité. Il faut dire que l'action technologique américaine a un sérieux retard à rattraper à Wall Street. Un retard qui, s'il s'est encore creusé l'an dernier, date en fait de plusieurs années. Aujourd'hui, l'action s'échange à peu près à son niveau d'il y a deux ans, alors que le Nasdaq a gagné 45% au cours de la même période. Traditionnellement, Intel est très performante dans le segment des microprocesseurs pour PC et ordinateurs portables, où le groupe dispose d'une part de marché d'environ 80%. Ce marché s'est cependant érodé ces dernières années en raison de la baisse des ventes de PC. Intel est également très présente dans le segment des centr...

Intel figure notamment sur la liste des actions favorites pour 2014 de Barron's, la revue boursière américaine qui fait autorité. Il faut dire que l'action technologique américaine a un sérieux retard à rattraper à Wall Street. Un retard qui, s'il s'est encore creusé l'an dernier, date en fait de plusieurs années. Aujourd'hui, l'action s'échange à peu près à son niveau d'il y a deux ans, alors que le Nasdaq a gagné 45% au cours de la même période. Traditionnellement, Intel est très performante dans le segment des microprocesseurs pour PC et ordinateurs portables, où le groupe dispose d'une part de marché d'environ 80%. Ce marché s'est cependant érodé ces dernières années en raison de la baisse des ventes de PC. Intel est également très présente dans le segment des centres de données avec des processeurs pour serveurs, cloud computing et systèmes de stockage de données. Les semi-conducteurs pour équipements mobiles restaient jusqu'à présent le point faible du groupe. Dans ce segment, les produits Intel souffraient notamment d'un rapport puissance/consommation défavorable. Les puces concurrentes d'ARM Holdings consomment beaucoup moins d'énergie, pour un prix qui n'était généralement guère supérieur. Intel a dès lors lourdement investi pour s'attaquer au leadership de la plateforme ARM. Et cette année doit être celle du basculement. Intel est très ambitieuse et veut vendre au moins 40 millions de semi-conducteurs pour appareils mobiles (tablettes) en 2014. Soit un quadruplement sur base annuelle. Pour y parvenir, Intel compte sur Bay Trail, une nouvelle famille de processeurs qui associent une faible consommation à des performances élevées. La Bay Trail est compatible avec les appareils Windows et Android. Et la plateforme est non seulement appropriée pour les tablettes, mais aussi pour les ordinateurs de bureau et les ordinateurs portables. L'objectif est de scinder cette ligne de produits en puces distinctes pour les segments supérieur et inférieur du marché après 2015. Intel a l'avantage de pouvoir produire ses jeux de puce à moindre coût que la concurrence. La division Other Intel Architecture, dont relèvent les semi-conducteurs mobiles, a cependant essuyé une perte opérationnelle d'environ 2,5 milliards USD l'an dernier. Résultats trimestriels le 16/01Au cours de la journée annuelle des investisseurs de novembre dernier, la direction avait également dévoilé des prévisions de croissance modérées pour le nouvel exercice. Les chiffres définitifs seront publiés la semaine prochaine (résultats trimestriels le 16/01). L'évolution n'est pas favorable, tant en termes de chiffre d'affaires (CA) que de bénéfices. Le CA va stagner à proximité de 53 milliards USD et pour ce qui est des bénéfices, la tendance est à la baisse depuis deux exercices : alors qu'ils atteignaient encore 2,39 USD par action en 2011, les prévisions moyennes des analystes font état de 1,89 USD par action pour 2013. Et ce chiffre bénéficie encore de l'impact positif du programme de rachat d'actions propres. Au niveau du groupe, Intel table sur un CA stable en 2014, alors que les marges devraient également rester inchangées. Les investisseurs espèrent une augmentation du dividende trimestriel (inchangé depuis six trimestres déjà à 22,5 centimes de dollar par action) ou une augmentation des rachats d'actions propres. Conclusion :Après deux années décevantes, 2014 doit être l'année du basculement en matière de ventes de processeurs pour appareils mobiles (tablettes) pour Intel. A 13,5 fois le bénéfice de 2014 et compte tenu d'un rendement de dividende de 3,5%, Intel est en tout cas une des actions technologiques les moins chères actuellement. Nous relevons l'avis et espérons un nouveau repli du cours à la suite des résultats trimestriels, ce qui permettrait d'intégrer l'action dans la Sélection, voire le portefeuille modèle. Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1C