Immobel
...

ImmobelLe promoteur immobilier a un nouvel actionnaire. Allfin, le groupe immo de Marnix Galle, a en effet déboursé 55 millions EUR pour acquérir une participation de près de 30% dans Immobel. Allfin a racheté cette participation à la famille Bruckner. Par action, 44,70 EUR ont été payés, soit davantage que le dernier cours de clôture. Fin juin 2014, la valeur intrinsèque d'une action Immobel s'élevait à 49,90 EUR. Le graphique de l'action est prometteur, avec un schéma de sommets et planchers supérieurs. A 42 EUR se trouve la première zone de soutien, suivie par un nouveau soutien à 39 EUR. La tendance est haussière jusqu'à nouvel ordre.Conseil: digne d'achatRisque: faibleRating: 1ABayerLe groupe allemand prévoit une sortie du secteur chimique. Pour la préparer, le groupe peut apporter en Bourse la division Chimie "Material Sciences" comme une entité séparée et se concentrer sur les divisions Health Care et Crop Science. Il faudra encore 12 à 18 mois avant que la branche Material Sciences entre en Bourse, et la société recherche un nouveau nom. L'action Bayer a le vent en poupe et la récente percée du sommet de 106 EUR a généré un signal d'achat technique. Ici se trouve le premier soutien, suivi par une zone de soutien importante autour de 100 EUR. A conserver/Attendre (2A).Conseil: conserverRisque: faibleRating: 2ASAP Le groupe allemand de logiciels a réalisé sa plus grande acquisition de l'histoire avec le groupe américain Concur Technologies, pour 8,3 milliards USD. Par action Concur, qui réalise des systèmes de déclaration pour les salariés, SAP paie 129 USD. Sur la liste de clients de Concur Technologies, on retrouve Google et Kellogg's. La plupart des analystes accueillent avec enthousiasme cette acquisition mais l'estiment coûteuse. L'action SAP a fait un pas en arrière suite à l'annonce. Techniquement, elle évolue depuis un certain temps latéralement. A 56 EUR se trouve une importante zone de soutien horizontale, alors que la résistance augmente à partir de 60 EUR. A vendre (3B).Conseil: vendreRisque: moyenRating: 3BTescoLa situation va de mal en pis pour le plus grand groupe de supermarchés anglais. En début de semaine, Tesco a lancé une nouvelle mise en garde sur son bénéfice, la quatrième en trois ans, après la découverte d'un "sérieux problème comptable", selon le nouveau CEO Dave Lewis. A cette nouvelle, le cours de Tesco s'est replié lundi de près de 12%. Le tableau technique est clair : Tesco suit une tendance baissière depuis plus d'un an et pour l'heure, le plancher ne semble pas vouloir se former. Le cours a déjà abandonné plus de 50% depuis le sommet d'avril 2010. A 250 pence se trouve la première résistance, suivie par une nouvelle résistance à 280 pence, mais une baisse ultérieure semble plus probable.Conseil: vendreRisque: moyenRating: 3B