Le groupe wallon IBA a publié de très bons résultats au terme de 2015. Le chiffre d'affaires a progressé de 23%, à 270millions EUR, pour un bénéfice opérationnel (EBIT) qui s'est accru de 29%, à 29,5millions EUR. Les actionnaires ont reçu l'essentiel de la vente de la filiale IBA Molecular, qui a été vendue pour 62millions EUR, avec une plus-value de 30millions EUR. Grâce à cette dernière, le bénéfice net a progressé de 152%, à 61,2millions EUR ou 2,10EUR par action. Le dividende brut est relevé à 1,39EUR par action. Pour 2018, le groupe table sur un doublement du bénéfice opérationnel. La te...

Le groupe wallon IBA a publié de très bons résultats au terme de 2015. Le chiffre d'affaires a progressé de 23%, à 270millions EUR, pour un bénéfice opérationnel (EBIT) qui s'est accru de 29%, à 29,5millions EUR. Les actionnaires ont reçu l'essentiel de la vente de la filiale IBA Molecular, qui a été vendue pour 62millions EUR, avec une plus-value de 30millions EUR. Grâce à cette dernière, le bénéfice net a progressé de 152%, à 61,2millions EUR ou 2,10EUR par action. Le dividende brut est relevé à 1,39EUR par action. Pour 2018, le groupe table sur un doublement du bénéfice opérationnel. La tendance de l'action est haussière. A 28 et 32EUR se trouve un soutien.Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BAprès neuf années à la direction du conseil d'administration de Nyrstar, Julien De Wilde quitte son poste. Pendant cette période, le cours de Bourse est passé de 20EUR à moins de 1EUR, en conséquence du malaise du secteur des matières premières mais aussi de décisions stratégiques malheureuses, tel l'achat de mines de zinc coûteuses. Nyrstar tente à présent de les revendre, mais à (lourde) perte. En février dernier, le groupe a levé des fonds par le biais d'une augmentation de capital. Pour soutenir son cours, Nyrstar opère un reverse stock split: 10anciennes actions donnent droit à une nouvelle. La tendance de Nyrstar est à la baisse depuis longtemps mais un plancher semble en vue.Conseil : conserver/attendreRisque : élevéRating : 2CSelon les résultats de tests, le médicament contre l'ostéoporose Romozumab est efficace sur les hommes. Ce médicament favorise la croissance de la colonne vertébrale chez les hommes qui souffrent de fragilité osseuse. Les résultats précédents obtenus sur les femmes, un groupe cible nettement plus large pour l'ostéoporose, n'ont pas fourni de conclusions unanimement positives. Les doutes entourant ce médicament n'ont donc pas été levés, ce qui pèse sur le cours de l'action UCB. Depuis le début de cette année, son cours a déjà abandonné 20% et la tendance est redevenue baissière. À 70EUR se trouve la première résistance horizontale alors qu'une zone de soutien horizontale se trouve à 60EUR.Conseil : conserver/attendreRisque : faibleRating : 2AParmi les actions qui ont perdu du terrain au lendemain des attentats commis à Bruxelles, épinglons celles des secteurs hôtelier, touristique et aéronautique. Les pertes demeurent somme toute limitées. Le groupe franco-néerlandais Air France-KLM, la compagnie aéronautique irlandaise Ryanair Holdings, le propriétaire français d'hôtels français Accor et le tour-opérateur Thomas Cook sont les plus affectés. La tendance de l'action reste à la hausse, avec une première zone de soutien horizontale autour de 8EUR. Si ce soutien cède, le cours peut continuer à glisser vers 7EUR, où se trouve la zone de soutien suivante. Une percée de la résistance à 8,80EUR générerait un signal haussier important. Nous abaissons notre conseil.Conseil : conserver/attendreRisque : élevéRating : 2C