La société espagnole spécialisée dans l'énergie éolienne continue d'accumuler les rapports trimestriels solides. Après une hausse du chiffre d'affaires (CA) en 2014 de 21,9%, à 2,85 milliards EUR, le compteur affiche déjà, après neuf mois, 2,53 milliards EUR, ce qui représente 30,4% de plus qu'en 2014. La division Turbines éoliennes a même enregistré 35% de CA supplémentaire (2,19 milliards EUR), grâce à une augmentation de la capacité installée de 25,6%, de 1832 mégawatts (MW) à 2301 MW. La hausse au 3etrimestre est ressortie à 27%, à 819 MW. Le volume de nouvelles commandes a progressé au 3etrimestre de 16%, à 1007 MW, et sur les neuf premiers mois de 31%, à 2841 MW. L...

La société espagnole spécialisée dans l'énergie éolienne continue d'accumuler les rapports trimestriels solides. Après une hausse du chiffre d'affaires (CA) en 2014 de 21,9%, à 2,85 milliards EUR, le compteur affiche déjà, après neuf mois, 2,53 milliards EUR, ce qui représente 30,4% de plus qu'en 2014. La division Turbines éoliennes a même enregistré 35% de CA supplémentaire (2,19 milliards EUR), grâce à une augmentation de la capacité installée de 25,6%, de 1832 mégawatts (MW) à 2301 MW. La hausse au 3etrimestre est ressortie à 27%, à 819 MW. Le volume de nouvelles commandes a progressé au 3etrimestre de 16%, à 1007 MW, et sur les neuf premiers mois de 31%, à 2841 MW. Les Espagnols attribuent ce résultat à la Chine et à l'Inde, mais aussi au redressement des marchés développés (surtout l'Europe), qui ont vu leur part dans les nouvelles commandes augmenter de 23% l'an dernier à 35% en 2015. La dernière génération d'éoliennes, les G114 2.0 MW et les G114 2.5 MW, ont vu leur part dans les nouvelles commandes augmenter, sur les neuf premiers mois, de 21% à 47%. Le carnet de commandes totalisait fin septembre 3034 MW, +42% par rapport à il y a douze mois. Malgré la forte croissance, les commandes demeurent supérieures, sur base trimestrielle, aux ventes réalisées, avec un rapport book-to-bill de 1,23 fois sur les neuf premiers mois de cette année, contre 1,18 fois l'an dernier. La direction table donc plutôt sur le haut de la fourchette des prévisions de 2800 à 3100 MW. La division plus rentable, Entretien, continue d'évoluer positivement. La quantité de MW sous contrat a progressé de 2,5% ces douze derniers mois, à 20 602 MW, et le CA s'est accru sur les neuf mois de 2015 de 7%, à 345 millions EUR (+9,5% au 3etrimestre, à 121 millions EUR). Toutes ces bonnes nouvelles se traduisent par une amélioration de la rentabilité : au niveau du groupe, le bénéfice opérationnel (EBIT) a progressé de 73% au 3etrimestre, à 71 millions EUR, et après neuf mois, de 67%, à 206 millions EUR. La marge d'EBIT s'est ainsi hissée de 6% à 8% sur base trimestrielle, et de 6,4% à 8,1% après neuf mois. Au niveau des turbines à vent, on note une amélioration de la marge d'EBIT de 5,3% à 7,6%, et dans le pôle Entretien de 11,4% à 11,7%. La marge d'EBIT annoncée au niveau du groupe pour 2015, d'au moins 8%, semble dès lors assurée. En incluant le résultat d'Adwen, une joint-venture 50-50 avec un portefeuille de projets offshore de 2,8 gigawatts (GW), le bénéfice net du 3etrimestre a augmenté de 31,4%, à 29 millions EUR (36 millions EUR ou +64,1% hors Adwen), et après neuf mois, de 96,4%, à 126 millions EUR (122 millions EUR ou +90,2% hors Adwen). Par action, la hausse est de 0,25 EUR à 0,46 EUR. Gamesa est bien partie pour réaliser les objectifs du businessplan 2015-2017 déployé au printemps, dont les éléments principaux sont une augmentation de la capacité installée de 3500 à 3800 MW d'ici 2017, contre 2623 MW en 2014, avec une marge d'EBIT d'au moins 8%, et donc un doublement de l'EBIT par rapport à 2014 (181 millions EUR). ConclusionCes deux derniers mois, Gamesa s'est redressée après un important accès de faiblesse en septembre. Compte tenu de son impressionnant parcours depuis 2013, l'action est sensible au sentiment boursier général. A 21 fois le bénéfice attendu pour 2016, elle est en tout cas correctement valorisée. Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B