Le 18 mai, la société biotech belgo-néerlandaise Argen-X a levé plus de 100 millions de dollars à l'occasion de son introduction en Bourse sur le Nasdaq. Son CEO Tim Van Hauwermeiren voit une fois encore récompensés ses efforts visant à séduire les investisseurs aux États-Unis. Le fabricant d'anticorps contre le cancer et certaines maladies immunitaires vient donc rejoindre Celyad, Tigenix et, bien entendu, Galapagos, parmi les groupes cotés outre-Atlantique.
...

Le 18 mai, la société biotech belgo-néerlandaise Argen-X a levé plus de 100 millions de dollars à l'occasion de son introduction en Bourse sur le Nasdaq. Son CEO Tim Van Hauwermeiren voit une fois encore récompensés ses efforts visant à séduire les investisseurs aux États-Unis. Le fabricant d'anticorps contre le cancer et certaines maladies immunitaires vient donc rejoindre Celyad, Tigenix et, bien entendu, Galapagos, parmi les groupes cotés outre-Atlantique.Elle affiche une capitalisation boursière de 3,75 milliards d'euros, pesant aussi lourd que la douzaine d'autres actions biotech de la Bourse de Bruxelles réunies : Galapagos semble parfois rassembler tous les fonds investis dans la biotechnologie belge. Elle a, il est vrai, deux chevaux de bataille importants. Avec Filgotinib, Galapagos a un premier blockbuster potentiel (ventes annuelles de plus d'un milliard de dollars), un inhibiteur JAK1 potentiel sélectif dans les maladies infectieuses, les rhumatismes en tête. Le marché estime que pour Filgotinib, des ventes maximales de 2 milliards d'euros sont possibles. En outre, Galapagos planche, en collaboration avec AbbVie, sur une thérapie de combinaison triple pour la fibrose cystique (mucoviscidose). Ici aussi, des ventes maximales de plus d'un milliard d'euros ne sont pas à exclure.Il y a un an environ, nous avons pris l'engagement d'investir pour le long terme et progressivement dans le secteur belge des biotechnologies. Car nous recherchons activement les prochains Galapagos. Hormis pour elle, on peut en effet difficilement affirmer que le marché a intégré des prévisions ambitieuses dans les cours des actions du secteur. Même si la très prometteuse Argen-X a déjà amorcé un rattrapage grâce à son IPO sur le Nasdaq (environ 500 millions d'euros de capitalisation boursière). Ablynx a un portefeuille produits richement garni et au début de l'an dernier, elle était bien partie pour atteindre le cap du milliard d'euros de capitalisation ; cependant, la non-prise en licence par son partenaire AbbVie de l'anti-rhumatisme potentiel Vobarilizumab a sanctionné sévèrement l'entreprise gantoise et réduit la probabilité qu'elle commercialise l'an prochain un premier médicament. Bone Therapeutics, qui pourrait pour sa part révolutionner la thérapie osseuse, a vu sa capitalisation baisser sensiblement (50 millions d'euros) depuis le départ d'Enrico Bastianelli, le CEO et fondateur du groupe. MDxHealth, spécialisée dans le diagnostic, enregistre une solide croissance et est sur la voie de la rentabilité. Ce qui ne trouve pourtant pas écho dans sa capitalisation boursière, à 250 millions d'euros. Que dire, du reste, de la capitalisation de moins de 300 millions d'euros de Mithra Pharmaceuticals, spécialiste de la santé féminine, dont le candidat contraceptif Estelle et surtout le médicament potentiel contre les effets de la ménopause Donesta pourraient bouleverser le marché ? Enfin, de la part de ThromboGenics (la valeur boursière se compose presque entièrement de liquidités), le marché n'attend plus rien. Or les laissées-pour-compte pourraient en surprendre plus d'un.