Le cours de la société biotechnologique Galapagos est sous pression depuis le revirement des Bourses. Galapagos n'est d'ailleurs pas la seule. Ajoutons à cela la faible performance de l'indice américain du Nasdaq et plus particulièrement de l'indice Nasdaq Biotech. Depuis fin décembre 2015, la perte ressort à quelque 30%. Galapagos a interrompu les tests de GLPG1205 contre l'inflammation chronique de l'intestin. Bonne nouvelle, cependant : en décembre de l'an dernier, Gilead a annoncé vouloir collaborer avec Galapagos dans le cadre de Filgotinib, potentiel blockbuster c...

Le cours de la société biotechnologique Galapagos est sous pression depuis le revirement des Bourses. Galapagos n'est d'ailleurs pas la seule. Ajoutons à cela la faible performance de l'indice américain du Nasdaq et plus particulièrement de l'indice Nasdaq Biotech. Depuis fin décembre 2015, la perte ressort à quelque 30%. Galapagos a interrompu les tests de GLPG1205 contre l'inflammation chronique de l'intestin. Bonne nouvelle, cependant : en décembre de l'an dernier, Gilead a annoncé vouloir collaborer avec Galapagos dans le cadre de Filgotinib, potentiel blockbuster contre les maladies inflammatoires. Le cours de l'action a déjà reculé sous le dernier soutien à 35 EUR. Conseil : conserver/attendreRisque : élevéRating : 2CCes dernières semaines, Deutsche Bank est arrivé dans le radar des investisseurs. Depuis le sommet d'avril 2015, le cours a déjà abandonné quelque 60%. Les investisseurs s'inquiètent des marges des banques mais craignent que les banques soient forcées de réaliser encore plus de dépréciations de valeur. Le commentaire du co-CEO John Cryan selon lequel la banque est solide comme un roc a eu peu d'effets sur les investisseurs, et l'intention de la Deutsche Bank de racheter des obligations parce qu'elles sont sous-valorisées, a probablement un effet seulement temporaire. Techniquement, l'action recherche toujours un plancher. A 21 EUR se trouve une résistance.Conseil : vendreRisque : élevéRating : 3CParmi les banques françaises, la Société Générale est particulièrement sous pression depuis un avertissement sur bénéfice. Jeudi dernier, le cours a perdu plus de 10%. La banque a annoncé que l'objectif de bénéfice pour cette année ne serait peut-être pas atteint du fait du contexte de marché difficile et de la réglementation de plus en plus rigide. SG ne s'en tient plus à l'objectif d'un rendement sur fonds propres de 10%. Au 4e trimestre de l'an dernier, le chiffre d'affaires a reculé de 1%, à 6,05 milliards EUR. En Russie, la banque a essuyé une perte. La tendance est clairement devenue baissière. Les rebonds intermédiaires constituent dès lors des opportunités de vente.Conseil : vendreRisque : moyenRating : 3BPlusieurs sites de réseaux sociaux américains traversent une mauvaise passe. La plus grande victime est LinkedIn, dont le cours a reculé, en un jour, de plus de 40% après que la société a annoncé ses prévisions pour le premier trimestre de cette année. Au 4e trimestre 2015, le groupe a annoncé un chiffre d'affaires de 862 millions USD, pour une perte de 8 millions USD. En réaction, de nombreux analystes ont abaissé leur conseil. Le cours se trouve actuellement au même niveau qu'en 2012 et la tendance est nettement baissière. A 100 USD se trouve une zone de soutien psychologique. A 120 USD se situe une résistance. Nous ne prévoyons pas plus qu'un rebond technique limité.Conseil : vendreRisque : élevéRating : 3C