L'observation des marchés boursiers internationaux mène à la conclusion que rien ou presque ne s'est produit depuis le début de l'année, et que le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine est même digéré. Il est dès lors permis de se demander pourquoi plusieurs des solutions de rechange non classiques aux actions, aux obligations ou à l'immobilier, se portent si bien.
...

L'observation des marchés boursiers internationaux mène à la conclusion que rien ou presque ne s'est produit depuis le début de l'année, et que le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine est même digéré. Il est dès lors permis de se demander pourquoi plusieurs des solutions de rechange non classiques aux actions, aux obligations ou à l'immobilier, se portent si bien. Ces solutions sont avant tout les métaux précieux et les cryptomonnaies, or et bitcoin en tête. Le cours de l'or ayant percé en juin une résistance coriace, la tendance à long terme est elle aussi passée de baissière à haussière. Si, fin 2018, les cryptomonnaies semblaient à l'agonie (elles avaient plongé de 80 à 90% en un an à peine), la plupart d'entre elles ont désormais vu leur cours s'envoler.Le fait est que certains investisseurs doutent de la bonne santé du monde économique et financier. Or là est la fonction de ces autres formes d'investissement: payer une prime d'assurance pour le cas où les choses tourneraient vraiment mal. La bonne santé des investissements alternatifs traduit selon nous la conviction que le système financier traditionnel est compromis. Durant des années, les banquiers centraux, applaudis par la plupart des observateurs, ont expliqué que l'atonie des taux d'intérêt et la politique d'assouplissement quantitatif (rachat massif d'obligations par les banques centrales, dont le bilan a par conséquent gonflé) étaient des phénomènes temporaires, destinés à contrer les effets de la crise de 2008/2009. Aujourd'hui, force est de constater que la situation va perdurer tout un temps encore et qu'elle n'a même pas atteint son apogée. Alors que le taux de chômage n'a jamais été aussi bas et que les Bourses sont proches d'un sommet historique, la Federal Reserve abaisse ses taux. Il est donc légitime de se demander quelle politique serait appliquée si l'économie devait vraiment s'écrouler: des taux négatifs, ou l'"hélicoptère monétaire"?Lorsque les banques centrales capitulent, le regain d'intérêt pour les autres outils de protection du patrimoine est on ne peut plus naturel. En revanche, que ces différents modes d'investissement ne se rejoignent pas est beaucoup plus surprenant. Les partisans du bitcoin et autres cryptomonnaies ne jurent que par l'or 2.0 (or numérique) et estiment l'or physique peu pratique et désuet - une relique -; quant aux amateurs d'or jaune, ils qualifient les cryptomonnaies de peu fiables et de dépourvues de valeur véritable.Tout est d'abord une question d'âge: la jeune génération opte plus volontiers pour les cryptomonnaies et les plus âgées, pour l'or classique. L'une et l'autre ont en tout état de cause un point commun: une méfiance accrue. Reste que le processus est très lent et progressif et qu'il serait logique que métaux précieux et cryptomonnaies s'offrent à tout le moins une pause après le rebond de ces derniers mois.